Analyses

Un avenir en or pour les Caraïbes?

Les Caraïbes ont le vent en poupe. Lors d’un forum sur le tourisme à Antigua, Michael Bayley, le ceo de Royal Caribbean International, a récemment prédit une croissance du tourisme de croisière de 50% d’ici 2030. “Les Caraïbes ont été, sont et seront toujours la première destination de croisière.” Huit des dix destinations de croisières les plus importantes au monde sont situées dans la région et elles ne feront que croître au cours des prochaines années, les nouveaux projets croisiéristes ayant récemment pris de l’ampleur. Les îles se réjouissent, car le tourisme est la principale source de revenus pour la majorité de ces destinations et Etats insulaires.

Par Patrick Parez, cruise editor Travel Magazine

Nouveaux terminaux

Port Zante, St. Kitts

Un peu moins de dix millions de vacanciers ont opté pour des croisières dans les Caraïbes en 2018. Les compagnies maritimes prévoient que d’ici 2030, ils seront environ 15 millions. Pour permettre cette croissance, d’importants investissements seront nécessaires, non seulement dans l’infrastructure touristique, mais surtout dans les terminaux de croisières. Pas plus tard que la semaine dernière, Port Zante a mis en service un nouveau quai de croisière à Saint-Kitts. L’île compte à peine 55.000 habitants, mais accueille depuis l’an dernier plus d’un million de croisiéristes. Ces dernières années, le tourisme de croisière y a augmenté de plus de 30%!

La Carnival Corporation commencera la construction d’un nouveau port de croisière sur l’île de Grand Bahama ce mois-ci. De plus, l’armateur prévoit un quai sur Little San Salvador, où se trouve le Half Moon Cay de Holland America Line. En août, Global Ports Holding a remporté le contrat pour la rénovation complète et l’extension du port de croisières de Nassau. Nassau compte parmi les destinations de croisières les plus populaires avec 3,7 millions de passagers par an.

Le mois dernier, le Premier ministre de Sainte-Lucie, la Carnival Corporation et Royal Caribbean Cruises ont signé une lettre d’intention pour développer un nouveau port de croisières à Vieux-Fort. La concession à long terme signifie que les deux compagnies maritimes vont concevoir, financer, construire et exploiter le terminal. Carnival et Royal Caribbean ont également été récemment sélectionnés pour la construction d’un quai et d’un terminal de croisière dans les îles Caïmans. En ce moment, les navires doivent mouiller à George Town, ce qui est presque impossible pour les grands navires resort. En conséquence, de nombreux nouveaux navires de grande taille passent à côté de cette île. La construction d’un terminal à Grand Cayman est un problème épineux depuis des années. Les promoteurs espèrent attirer davantage de croisiéristes. Les opposants craignent une affluence trop importante et des dommages environnementaux. La construction d’infrastructures fixes et de chenaux de navigation détruirait beaucoup de coraux.

Beach clubs et îles

Perfect Day at CocoCay, Labadee, private island,

Les compagnies maritimes investissent non seulement dans les quais, mais aussi dans les îles privées. Les îles existantes sont en cours de rénovation et d’agrandissement avec des installations impressionnantes. Plus tôt cette année, Royal Caribbean a ouvert Perfect Day à CocoCay aux Bahamas. Le 5 décembre, MSC Croisières lancera dans le même archipel son Ocean Cay MSC Marine Reserve. Disney Cruise Line travaille sur une deuxième île sur Eleuthera qui sera appelée Lighthouse Point.

Une nouvelle tendance semble être les clubs de plage. Les navires de Virgin Voyages jetteront l’ancre au Virgin Beach Club sur les îles Bimini à partir d’avril 2020. En octobre, Royal Caribbean a signé un contrat avec le gouvernement d’Antigua-et-Barbuda pour l’ouverture du Royal Beach Club à Fort James. Son inauguration est prévue pour 2021. Le beach club sera le premier d’une série.

Bahamas

La prochaine étape pourrait être l’ouverture d’hôtels de croisières. Ce concept existe déjà en Alaska, où Holland America Line possède son propre complexe hôtelier dans le parc national de Denali. Royal Caribbean Cruises a récemment acheté le Grand Lucayan Resort à Grand Bahama. Les détails concrets du projet n’ont pas encore été dévoilés, mais il n’est pas exclu que les clients puissent bientôt combiner une croisière dans les Caraïbes avec un séjour hôtelier à Freeport. Royal Caribbean a fondé à cet effet la société Holistica en collaboration avec le Groupe ITM, opérateur mexicain de terminaux de croisières et de parcs à thèmes. Entre les lignes, on peut lire que d’autres projets sont en préparation également. Depuis quelque temps, des rumeurs circulent sur la construction d’un hôtel à Perfect Day at CocoCay.

Du pour et du contre

Mais tout n’est pas or qui brille. De récents ouragans comme Dorian, Irma ou Katrina ont montré que les Caraïbes sont très vulnérables aux catastrophes naturelles. Avec le changement climatique, il y a de fortes chances que la région soit touchée par des ouragans de plus en plus fréquents et de plus en plus violents au cours de la prochaine décennie. Non seulement le vent, mais aussi l’élévation du niveau de la mer sont d’énormes menaces. Des destinations comme les îles Caïmans ne sont qu’un banc de sable de quelques mètres de haut. En Jamaïque, un quart de la population vit le long du littoral, une zone extrêmement exposée aux éléments naturels.

Pour assurer l’avenir des Caraïbes et du tourisme, il faudra plus que de nouveaux murs le long des quais. Il est également urgent de développer des maisons solides et des services d’urgence efficaces. Le tourisme (de croisière) peut fournir des ressources supplémentaires, mais les bénéfices devront aller aux îles et non aux armateurs. C’est précisément ce que redoute un groupe de résidents des îles Caïmans au sujet des plans de la Carnival Corporation et de Royal Caribbean Cruises concernant la construction et l’exploitation du terminal de croisières à George Town. Ils considèrent le contrat comme une vente de l’île aux deux géants et craignent que le projet profite davantage à Carnival et Royal Caribbean qu’aux îles Caïmans elles-mêmes. Les habitants inquiets ont d’ailleurs recueilli les signatures nécessaires pour demander un référendum. Celui-ci sera organisé à la mi-décembre.

D’autres îles sont également d’avis que les compagnies de croisières devraient contribuer davantage. A l’instar de l’OPEP, des appels ont été lancés en faveur de la création de l’OTEC ou Organization of Tourism Economy Countries. Ainsi, il sera possible de revoir les taxes portuaires à la hausse. Les différents gouvernements individuels n’osent guère augmenter les taxes sur les croisières de peur que les compagnies de croisières ne changent leurs itinéraires et qu’elles ne boycottent leur île, comme cela s’est déjà produit par le passé.

Comments