Voyage d'étude

Tahiti et ses îles: le paradis existe vraiment!

De plus en plus de destinations au monde affirment qu’elles méritent le label de ‘paradis’. Laissez-les avec leurs idées: sept T.O. français et le T.O. belge Footprints savent désormais où le trouver après un voyage d’étude de dix jours dans quatre îles de la Polynésie française. Cinquante nuances de vert, le parfum enivrant des fleurs, des lagons d’un bleu profond, des motus (petites îles coralliennes), des dauphins, des tatouages, des paréos, des couronnes de perles, le charme du folklore, le haka et, surtout, la sympathie de la population. Autant d’ingrédients qui ont transformé ce voyage en une expérience incroyable.

La Polynésie française n’est pas un pays, mais une collection de 118 îles dans l’océan Pacifique, qui rivalisent de beauté les unes avec les autres. Dieu était sans aucun doute un peu distrait lorsqu’il a dispersé ces petits morceaux d’îles au petit bonheur la chance dans une région aussi grande que l’Europe. Et pourtant, elles n’abritent que 300.000 habitants.

Plus qu’une escale

Si on dessine un triangle entre les Etats-Unis, l’Australie et l’Amérique du Sud, Tahiti se trouve en plein milieu. C’est l’île principale sur laquelle on trouve la capitale de Papeete et le seul aéroport international de l’archipel. L’atterrissage s’effectue donc toujours à Tahiti. Pour beaucoup, cette île ne constitue qu’une escale. Elle a pourtant bien plus à offrir qu’un lit pour une nuitée. Papeete n’est pas vraiment une métropole en soi, mais on peut y passer plusieurs jours amusants. On peut ainsi y effectuer une promenade surprenante le long de maisons peintes qui font partie d’un projet de street art. La cathédrale – qui est en fait un grand nom pour une petite église pour le moins très jolie – le marché couvert coloré et la Place Vaiete près du port, où il règne un agréable va-et-vient en soirée autour des roulottes (foodtrucks), valent le détour. Nous avons également visité un centre culturel qui, avec les nombreux efforts d’une poignée de volontaires, tente avec brio d’intéresser les jeunes à leur culture. On y enseigne ainsi la musique, la danse, l’artisanat et la langue. En dehors de la ville, le magnifique paysage montagneux, ses vallées verdoyantes, ses forêts de bambous, ses nombreuses fleurs et cascades vous feront rêver lors d’une balade en 4×4.

Hop, hop, hop

Il est conseillé d’opter pour une formule de ‘island hopping’ afin de découvrir les différences entre les îles. Bora Bora remporte de nombreux suffrages, mais en raison de cet important intérêt touristique, elle a justement perdu de son authenticité. Nous avons dès lors opté pour Moorea, Rangiroa et Hiva Oa. Rangiroa, à une petite heure de vol de Papeete, est le deuxième plus grand atoll et la région. Il peut se targuer de posséder de magnifiques plages et des baies aux eaux turquoise. Les plongeurs y seront entourés par des centaines de poissons colorés. La culture traditionnelle de la canne à sucre, qui menace de disparaître, est à nouveau encouragée et est très importante pour la production du célèbre rhum Mana’o. Il y a un quart de siècle, plusieurs œnologues ont commencé à y planter des vignes. On les a alors traités de fous. Ils produisent cependant aujourd’hui 40.000 bouteilles de vin blanc par an. La Polynésie est également le pays des perles de culture. La technique fut utilisée pour la première fois en 1961. Pour l’heure, c’est devenu une industrie très importante. A Rangiroa, vous pourrez d’ailleurs visiter un élevage d’huîtres où vous pourrez suivre ce processus complexe. Vous êtes fous de perles? Alors, ne manquez pas de visiter le musée de la perle du célèbre producteur Robert Wan à Tahiti.

Caresser des raies

Moorea, à une petite demi-heure de ferry de Tahiti, est un diamant brut qui jaillit de la mer. On y trouve également les plus beaux resorts le long de plages de sable blanc et, en arrière-plan, les sommets verdoyants d’une montagne volcanique avec le mont Rotui sacré comme figure de proue. Ne manquez pas de vous balader dans les plantations d’ananas jusqu’au Belvédère où vous bénéficierez d’un panorama à couper le souffle à quelque 250 mètres d’altitude. Mais la plus incroyable des expériences, vous la vivrez sous l’eau. L’hôtel InterContinental Moorea vous offre en effet la possibilité de nager avec des dauphins. Si vous n’en avez pas encore eu assez, vous pouvez également nager en pleine mer pendant que d’immenses raies vous frôlent les jambes. Vous pourrez d’ailleurs les caresser pendant qu’un banc de petits requins viendra vous saluer dix mètres plus loin. Vous pourrez également clôturer cette journée bien remplie par une découverte de la culture polynésienne au ‘Tiki Village’. Ce spectacle pétillant avec des percussions enivrantes, une musique mélancolique, une danse du feu à couper le souffle restera longtemps gravé dans votre mémoire.

Hiva Oa: l’île de Brel et Gauguin

Il aura fallu 1.400 kilomètres et trois heures de vol pour rejoindre Hiva Oa, une des plus grandes îles des Marquises. Depuis le petit aéroport posé sur un sommet montagneux érodé, qui a été baptisé du nom de Jacques Brel, vous descendrez vers la côte ciselée. Hiva Oa est encore sauvage. On n’y trouve d’ailleurs pas de resorts chics, mais de petites pensions de famille ou de plus petits hôtels avec bungalows posés contre les parois abruptes de la montagne. La nature y est généreuse avec une végétation verdoyante, des forêts de bois de santal, des rochers où vivent de nombreuses chèvres sauvages et de petites îles où galopent des chevaux sauvages. Le peintre Paul Gauguin et notre Jacques Brel national y avaient trouvé les véritables valeurs qui leur manquaient dans notre civilisation occidentale… et l’amour auprès de beautés locales. Ils y sont tous les deux enterrés et l’île leur rend un hommage vibrant, mais discret, dans un magnifique musée. Celui de Gauguin se trouve à l’endroit où il habitait et travaillait. On y trouve également un hangar Jacques Brel où il entreposait son petit avion ‘Jo Jo’. Vous pourrez y découvrir l’histoire de sa vie en écoutant ses titres comme ‘Ne me quitte pas’. Un moment de grande émotion. Brel a souhaité que sa mémoire ne soit pas commercialisée. La population locale a tenu sa promesse et on ne trouve aucune publicité faisant référence à Brel sur l’île. Les habitants continuent toutefois à le porter dans leur cœur à tel point même qu’ils ne font pas référence à lui sous le nom de ‘Brel’, mais continuent à utiliser son surnom polynésien ‘Chak’. Dans le petit cimetière, on peut visiter les tombes des deux artistes. Vous trouverez également un autre morceau d’histoire sur les sites de Ta’a ‘Oa et Oipona où furent pratiqués des rituels millénaires dans les ruines des temples.

Bien dormir et bien manger

Vous trouverez une offre très variée d’hôtels et de pensions sur toutes les îles, des luxueux établissements cinq étoiles aux pensions et aux B&B. La majorité des hôtels et resorts proposent quatre types de chambres: les chambres standard dans un bâtiment central, les bungalows répartis dans le domaine, les bungalows sur pilotis dans la mer (souvent avec des fenêtres dans le sol pour pouvoir regarder les poissons nager sous vos pieds) et des logements haut de gamme dans des villas avec piscines privées et douche ou baignoire extérieure. Leur construction est réalisée presque partout avec des matériaux locaux, ce qui vous donnera une vraie sensation polynésienne. Tahiti et Moorea offrent des adresses internationales de premier ordre, comme Sofitel, InterContinental, Le Méridien et Hilton. Ils vous séduiront tous par leurs magnifiques Spas pour un massage bienfaisant à l’huile de monoï. Rangiroa et Hiva Oa vous surprendront avec leurs pensions et B&B de grande qualité. Vous n’aurez jamais faim en Polynésie. La mer apporte en effet des réserves abondantes de poissons délicieux (ne manquez pas de goûter au mahi-mahi!). A Hiva Oa, vous devez également tester la spécialité locale – la chèvre cuite. Les fruits sont eux aussi présents en abondance, avec la mangue en superstar.

La Polynésie française, un paradis? Absolument. C’est le voyage que vous ne ferez qu’une fois dans votre vie. Mais les paradis ont un prix. Il s’agit d’un très long vol, avec un décalage horaire qui pèse lourd et longtemps. Si vous voulez vraiment découvrir la Polynésie, il faut placer plus d’une île sur votre programme, et cela vous demandera du temps et de l’argent. Mais si vous avez sauté le pas, alors vous pouvez vous attendre à une expérience qui restera à jamais gravée dans votre mémoire. Mauru’uru! Merci!

Facts and Figures

  • Ce voyage a été organisé par Tahiti Tourisme Paris.
  • Le tourisme est le principal facteur économique en Polynésie française avec un peu plus de 200.000 visiteurs en 2017. Dans cinq ans, l’archipel espère que ce nombre passera à 350.000.
  • Air Tahiti Nui opère sept vols par semaine au départ de Paris avec escale à Los Angeles. Il faut un passeport international et un formulaire ESTA. Le temps de vol est d’environ 22 heures. Air Tahiti propose des liaisons rapides avec 47 îles, à bord d’ATR turboprops.
  • Le décalage horaire en fonction de la saison est de 11 ou 12 heures.
  • Meilleure période de voyage: en raison des grandes distances, le climat peut différer fortement d’une île à l’autre. Globalement, la saison sèche est d’avril à octobre, avec une température moyenne de 27°C.
  • La langue est le français, mais l’anglais prend également de l’ampleur dans le secteur touristique.

Comments