Analyses

Le Spitzberg avec Asteria Expeditions: à la rencontre des ours polaires

M/V Sea Spirit

Asteria Expeditions organisait du 18 au 28 juillet sa troisième croisière d’expédition au Pôle vers le Spitzberg. Cette édition affichait complet (vol charter aller avec ASL Airlines et retour à bord d’Edelweiss), et 104 aventuriers des glaces ont rallié Ostende à Longyearbyen, la capitale du Spitzberg, officiellement dénommée Svalbard depuis 1925. Ils ont ensuite embarqué à bord du M/V Sea Spirit pour un voyage ‘hors du commun’ de onze jours, en pleine période du soleil de minuit!

Le Spitzberg, découvert en 1596 par le Néerlandais Willem Barentsz, est non seulement la région la plus proche du Pôle (1.338 kilomètres) accessible par le commun des mortels, mais aussi un morceau de nature vierge comptant 29 réserves et 7 parcs nationaux (sur une surface deux fois plus grande que la Belgique). Une introduction parfaite pour les explorateurs polaires modernes.

A noter que 60% de ce pays féerique se compose de glaciers, dont le plus grand s’étend sur 150 kilomètres. Au total, on n’en compte pas moins de 2.650. Le Spitzberg est réputé glacial, le mercure peut descendre jusqu’à -46,3°C en hiver, tandis qu’en été on atteint 6 à 7°C. La destination rencontre de plus en plus de succès depuis quelques années, elle est même plutôt prisée, avec plus de 20.000 visiteurs par an pour ce paradis naturel.

Revers de la médaille, même si les avis divergeront grandement sur la question, dès la sortie de Longyearbyen, le réseau mobile est inexistant. Pas de réseau, il est uniquement possible de téléphoner par satellite en cas d’urgence. Un autre ‘obstacle’ est formé par les ondes magnétiques qui font parfois tourner la tête aux ordinateurs sur le pont, accessible en permanence pour les passagers. Le flamboyant capitaine ukrainien Oleg Tikhvinsky ne se laissait pas déstabiliser, peut-être à l’aide des pralines à la vodka de la chocolaterie de Dominique Persoone offertes par Annick Desmet (directrice d’Asteria Expeditions).

Des tonnes d’avantages

“Un charter plein n’a que des avantages”, insiste Annick Desmet. “Grâce à notre avion chartérisé, nous rejoignons notre destination en un peu moins de cinq heures. Les personnes qui viennent au Spitzberg en vol de ligne ne peuvent le faire en une journée, il faudra compter au moins 24 heures de voyage pour rejoindre Longyearbyen. Grâce à ce charter, je peux proposer ce voyage de groupe guidé au même prix que pour les voyageurs individuels, avec tous les extras que nous proposons en plus. Je pense par exemple à la parka/veste d’expédition offerte, les fûts de Brugse Zot proposés gratuitement à bord du navire d’expédition. De plus, si nous remplissons toutes les cabines du navire, nous pouvons en partie choisir notre propre itinéraire. Les voyageurs au Pôle reçoivent une farde de documentation personnalisée reprenant une foule d’infos et des descriptifs complets des programmes journaliers ainsi que de belles illustrations de la faune et de la flore locale.”

 

Yves Slabbinck, senior reporter Travel Magazine

Comments