Analyses, Croisières

Silversea fête ses 25 ans

Par Marc Declerck

Le segment des croisières haut de gamme connaît une période florissante. D’une part, le marché semble encore disposer d’un beau potentiel de croissance. D’autre part, le nombre d’acteurs dans ce segment semble se consolider. Le marché devient plus professionnel, plus concurrentiel et requiert de plus en plus de fonds de roulement.

Manfredi Lefebvre © Silversea

Toutes ces tendances sont observables chez Silversea, qui fête ses 25 ans cette année. 2018 a sans doute été l’année charnière dans l’évolution du groupe. L’entreprise familiale du fondateur Manfredi Lefebvre, un homme lié à la Belgique, mais aux racines italiennes et basé à Monaco, compte un nouvel actionnaire principal depuis environ six mois en la personne de Royal Caribbean Cruises. Cette part de 67% représente un investissement d’un peu moins d’un milliard d’euros. Quant à savoir si cela va mener à un changement de stratégie, cela reste à voir. Manfredi Lefebvre reste executive chairman, et pourquoi RCC reprendrait un acteur de niche complémentaire dans le segment premium pour complètement en changer l’identité?

Silversea a été créé en 1994, avec comme premier navire le Silver Cloud, un vaisseau jaugeant environ 17.400 tonneaux pour quelque 250 passagers. Celui-ci est moitié moins grand que le Silver Muse, le neuvième navire de la flotte, baptisé en 2017. Le monde a bien changé en 25 ans. Le luxe aujourd’hui est plus une affaire d’expériences hors du commun, de moments uniques, de confort et de variété de choix que de bling-bling ou de services exclusifs. L’opulence et le faste sont devenus des éléments secondaires.

La croissance de Silversea ne cesse de s’accélérer depuis deux ans, et l’armateur compte actuellement cinq navires en commande. Les navires plus anciens passent également par la case rénovation. L’impressionnante remise au goût du jour du Silver Spirit (mis à l’eau en 2009), qui a demandé de couper le navire en deux, de le rallonger et de le transformer pour imiter le style du Muse. La tendance vers des navires plus grands se confirme donc, une tendance qu’on observe également depuis ces 20 dernières années chez Seabourn. Les limites du ‘navire-boutique’ sont ici atteintes ou repoussées, en fonction du point de vue. Parmi les cinq navires en commande, on trouve trois bâtiments plus petits, qui feront partie de la Silversea Expeditions Fleet. Ceux-ci s’adresseront à un public un peu plus aventureux, qui cherche des destinations exclusives comme les Galapagos ou les Pôles. A l’heure actuelle, la flotte de Silversea peut accueillir un total de 3.000 passagers, mais ce chiffre va fortement augmenter dans les années à venir avec l’arrivée des nouveaux Silver Moon, Silver Dawn, Silver Origin et deux navires de l’Evolution Class.

Notre expérience de voyage

Nous avons voyagé à bord d’une des premières croisières effectuées après la rénovation intégrale du Silver Spirit. On y trouve désormais huit restaurants, rassemblant des cuisines française, asiatique, de poisson, barbecue, pizza et salades ainsi que des buffets soignés pour le midi. L’offre est donc très large, ce qui ne facilite pas la tâche des chefs (et des près de 75 membres du personnel de cuisine). L’approvisionnement en mer est évidemment plus difficile qu’à terre, entraînant une série de compromis et de contraintes. L’hétérogénéité du public et de ses exigences est un autre paramètre à prendre en compte. Mais de manière générale, tout le monde y trouve son compte.

Les grandes cabines de Silversea, toutes des suites confortables, pratiques et bien isolées, restent un des principaux atouts de l’armateur. En ce qui concerne les activités à bord, on ne s’ennuie pas. De nombreuses activités sont organisées chaque jour: conférences, jeux, fitness, spectacles et autres activités sociales. D’autre part, des excursions sont proposées dans chaque destination, dont le rapport intérêt/prix dépend des opérateurs locaux. La destination joue ici évidemment un rôle de premier plan, on ne peut pas comparer l’offre autour de la Méditerranée à celle des Caraïbes.

© Silversea

Les acteurs qui opèrent dans le segment premium doivent actuellement faire face à certains choix stratégiques. Où veulent-ils placer la barre et quel public est prêt à payer davantage pour la qualité, le luxe et l’exclusivité? Où se situe la limite entre premium et luxury? Un sujet actuel dans le secteur des croisières, dont le marché a nettement évolué. Même dans le segment haut de gamme, les croisières se sont démocratisées, entraînant leur lot de compromis pour l’ensemble du secteur.

Pour faire court, dans un marché proche de la maturité où il n’est pas toujours simple de se distinguer de la concurrence, hors de question de se reposer sur ses lauriers. Silversea s’en est sorti plutôt bien pendant ses 25 premières années, et tous les voyants sont au vert pour les prochaines.

Gastronomie à bord

SilverCloudConnoisseur’s Corner © Silversea

La gastronomie jouant un rôle crucial pour les Belges, nous listons ci-dessous nos meilleures expériences culinaires après dix jours à bord du Silver Spirit. Le menu des huit restaurants est fixé pour une certaine période, ce qui ne dérange en rien la plupart des voyageurs. D’ailleurs, il est toujours possible de passer une commande spéciale 24 heures à l’avance. La qualité des vins servis à volonté était plus que correcte, et les connaisseurs se tourneront vers la carte, aux prix relativement abordables.

Restaurant La Terrazza © Silversea

Le buffet du midi à La Terrazza est varié et basé sur des produits d’une qualité correcte. Les légumes y occupent une place de choix. Les chefs font preuve de souplesse: si vous avez une demande spéciale, on y répond souvent avec le sourire. Le soir, La Terrazza se transforme en un restaurant de spécialités italiennes proposant de grands classiques. Rien de révolutionnaire, mais des plats de bonne (voire très bonne) qualité.

Au bord de la piscine, vous trouverez le midi un salad bar reprenant toute une sélection de burgers. Un étage plus haut, un pizzaïolo prépare de succulentes pizzas. Le soir, il se transforme en Stone Grill où on peut cuire soi-même son poisson ou sa viande sur une pierre chaude.

© Silversea

L’Indochine est un restaurant où – vous l’aurez deviné – on se régale de spécialités asiatiques. La queue de homard accompagnée de nouilles et le curry d’agneau, entre autres, ravissent les papilles.

Outre des produits de la mer, l’Atlantide propose aussi une sélection de viande de bœuf de différentes origines. En fonction de l’approvisionnement, le restaurant propose aussi du poisson frais local, comme la succulente dorade dont nous nous souvenons encore.

Seishin, le restaurant de spécialités japonaises, sert probablement les plats les plus gastronomiques. On y paie un supplément (de l’ordre de 40 dollars) en échange de produits de luxe. Un exemple à suivre, selon nous. La Dame, un restaurant français ambitieux, demande également un supplément. Au Silver Note, un concept original, on mange dans une ambiance de club de jazz. Il y en a vraiment pour tous les goûts!

Notre vol: Bruxelles-Miami en direct

Nous avons volé en direct (ce que nous considérons comme une véritable valeur ajoutée) avec TUI fly de Bruxelles à Miami à bord d’un Boeing 787 Dreamliner. Le supplément pour voyager en classe confort (choix du siège dans les premières rangées) vaut la peine d’être envisagé. A l’aller, cette classe comprend un repas préparé par un chef JRE, bien meilleur que celui du retour préparé par un traiteur américain.

 

Comments