Analyses

Résultats CLIA Belux 2017: tendances positives

76.000 Belges et Luxembourgeois en croisières en 2017

Antoine Lacarrière et Patrick Pourbaix tout sourire lors de la présentation des résultats de la CLIA.

Les vacanciers en Belgique et au Grand-Duché du Luxembourg optent de plus en plus pour des vacances en croisière, selon l’enquête annuelle de la Cruise Lines International Association (CLIA). En 2017, 71.000 Belges et 5.000 Luxembourgeois sont partis en croisière. Le nombre total de croisiéristes a augmenté de 3,8%. La Belgique a fait encore mieux avec une croissance de 4,3%. Lors d’une réunion à Bruxelles, Patrick Pourbaix, président de CLIA Belgique, et Antoine Lacarrière, CLIA membership manager Belgique, France et Pays-Bas, ont commenté les résultats.

Méditerranée

Les trois destinations de croisières les plus populaires étaient la Méditerranée, l’Europe du Nord et les Caraïbes. La Méditerranée est restée le numéro un en Belgique et au Luxembourg avec 32.000 croisiéristes, mais a tout de même accusé une baisse par rapport à 2016. Le nombre de croisiéristes du Belux a diminué de 7,7% en Méditerranée occidentale et de 6,9% en Méditerranée orientale. Cette baisse est liée aux troubles en Turquie, en mer Noire et en Egypte, en raison desquels moins de navires naviguent dans cette partie de la Méditerranée.

Europe du Nord et Caraïbes

L’Europe du Nord, le deuxième choix de croisières le plus populaire, a clairement gagné en importance. Le nombre de vacanciers du Belux a augmenté de 8,9% pour s’élever à 14.000. Le succès des Caraïbes est remarquable, avec une augmentation de 13,2%. Sur un total de 11.000 passagers, environ 1.000 Belges et Luxembourgeois ont choisi les Caraïbes plutôt que la Méditerranée orientale. Ce choix a certainement à voir avec les nouvelles destinations (Cuba) et la présence accrue de compagnies maritimes européennes (en particulier MSC Croisières). Autre découverte marquante, l’augmentation de 14,6% des croisières d’expédition. Cette croissance se poursuivra sans aucun doute dans les années à venir à la lumière des nombreux navires d’expédition imminents.

Le MSC Seaside, fleuron de MSC Croisières. ©MSC Croisières

Le public de croisière rajeunit

La CLIA a également enregistré une forte croissance des courtes croisières de deux à trois jours, soit une augmentation explosive de 141,9%. Selon Antoine Lacarrière, c’est un signe évident que davantage de personnes tentent une croisière pour la première fois. L’âge moyen des voyageurs était de 52 ans. 29% des croisiéristes du Belux étaient âgés de 60 ans ou plus. 7% avaient moins de 20 ans. Cette répartition par tranche d’âge montre un rajeunissement du public de croisière. Dans les groupes d’âge 13-19 et 20-29, CLIA a observé une augmentation de 18,7% et 28,1%, respectivement. Il existe également un lien évident entre l’âge et la durée de la croisière. Les passagers d’un âge moyen de 49 ans restent à bord pendant 6 à 8 jours, tandis que les plus de 60 ans naviguent entre 12 et 17 jours en mer.

Des résultats encourageants

Patrick Pourbaix, président de CLIA Belgique et directeur général de MSC Croisières Belgique, Luxembourg et France: “L’augmentation du nombre de croisiéristes belges et luxembourgeois en 2017 est très encourageante. Depuis l’année dernière, ils continuent à profiter en moyenne de huit jours à bord de navires de croisière et explorent de nouvelles régions et destinations en Europe ou hors d’Europe. Ils deviennent également toujours plus aventureux en optant davantage pour des croisières de découverte et d’exploration dans des destinations telles que les Galapagos, l’Antarctique et l’Arctique. Ce segment de croisière dans le Belux a augmenté en 2017 de plus de 14% par rapport à 2016.”

Des gagnants…

Avec ces résultats, la Belgique et le Luxembourg occupent une place confortable dans le classement en Europe. Seuls l’Allemagne, l’Espagne, les Pays-Bas, la Russie et la Pologne ont fait mieux. L‘Allemagne confirme sa position de leader sur le marché européen avec 2.189 millions de croisiéristes, soit une augmentation de 8,5%. Ce succès est sans aucun doute lié aux nouveaux navires qu’AIDA et TUI Cruises ont lancés. En deuxième place, on retrouve le Royaume-Uni et l’Irlande avec 1.959 millions de passagers, tandis que la troisième place est occupée par l’Italie, qui a compté 769.000 croisiéristes. Le Royaume-Uni a enregistré une croissance de 0,5%. En Italie, ils étaient 2,5% plus nombreux à partir en croisière. En Espagne, la CLIA a compté 510.000 croisiéristes. Après plusieurs années difficiles au niveau économique, l’Espagne a connu une nouvelle croissance pendant deux ans et a clôturé 2017 avec une hausse de 6,4%. Aux Pays-Bas, 110.000 vacanciers sont partis en croisière l’année dernière, soit 5,9% de plus qu’en 2016.

… et des perdants

Les grands perdants sont la Turquie (-44,3%) et la Grèce (-17,5%). En raison des problèmes en Turquie, moins de navires naviguent en mer Méditerranée orientale et la Grèce en pâtit également. La France a accusé une baisse 9,2%, avec seulement 503.000 croisiéristes. Ce résultat négatif obtenu par nos voisins du Sud, selon Antoine Lacarrière, est lié à l’arrêt des Croisières de France qui, en 2016, rassemblaient encore quelque 100.000 passagers. Si on ne tient pas compte de CDF, le nombre de croisiéristes en France a augmenté d’environ 50.000 l’année dernière. La diminution du nombre de croisiéristes dans les pays scandinaves est frappante. La Norvège, la Suède et le Danemark ont clôturé l’année sur un résultat négatif.

6,6 millions de croisiéristes en Europe

L’année dernière, les pays européens représentaient un total de 6.641 000 croisiéristes, soit une augmentation de 2,5%. Patrick Pourbaix et Antoine Lacarrière sont convaincus que ce chiffre augmentera encore dans les années à venir. C’est certainement le cas pour la Belgique et le Luxembourg, où la pénétration du marché est inférieure à 1%. En revanche, au Royaume-Uni et en Allemagne, 3,5% des vacanciers optent déjà pour une croisière. Tout comme les années précédentes, la plupart des Européens voyagent en Europe, à savoir 75%. Ce pourcentage est légèrement inférieur à celui des années précédentes en raison du plus petit nombre de croisiéristes en mer Méditerranée et de leur nombre plus élevé dans les Caraïbes. 50% des Européens ont opté pour la mer Méditerranée et les îles Canaries et 25% sont partis en Europe du Nord et dans les Etats baltes.

L’âge détermine la durée de la croisière

Les résultats de 2017 ont également révélé qu’il existe un lien évident entre l’âge moyen des passagers et la durée de la croisière. Ils confirment que les générations plus âgées préfèrent naviguer pendant une période plus longue. Nous trouvons les plus jeunes croisiéristes en Italie, tandis que les ‘plus vieux’ en Europe partent du Royaume-Uni, à bord de la plus longue croisière de durée moyenne. En ce qui concerne les destinations, les croisières les plus courtes pour les passagers européens sont en Méditerranée, et présentent l’âge moyen des passagers à bord le plus bas. Les Etats baltes et les îles Canaries accueillent principalement des passagers un peu plus âgés qui aiment voyager plus longtemps.

Les agences de voyages jouent un rôle

Antoine Lacarrière, CLIA membership manager Belgique, Luxembourg, France et Pays-Bas. ©CLIA

Les activités de la CLIA dans l’industrie voyagiste belge ont été peu nombreuses ces dernières années. En tant que président de CLIA Belgique, Patrick Pourbaix tente de relancer les activités B2B et reçoit aujourd’hui le soutien d’Antoine Lacarrière. L’ancien directeur général des Croisières de France a été nommé en février de cette année CLIA membership manager Belgique, Luxembourg, France et Pays-Bas. Une de ses missions consiste à élaborer des programmes pour les agences de voyages. Selon Antoine Lacarrière, 2018 sera une année de transition, mais le but est de reprendre complètement le fil à partir de 2019 grâce d’une part à des workshops et autres activités pour les agents de voyages et tour-opérateurs, et d’autre part en étant présent sur les salons (notamment Top Resa). De plus, les données CLIA montrent que les agences de voyages jouent clairement un rôle dans la vente des croisières. “En Europe, 70% des réservations de croisières sont effectuées par l’intermédiaire d’agences de voyages physiques. En outre, nous notons que les réservations en ligne sont en baisse depuis 2016.”

Patrick Parez, Senior Cruise Editor

 

Comments