Analyses

Porto Rico: update

Dans le Travel Magazine 405 qui arrivera dans vos boîtes aux lettres aujourd’hui, vous trouverez dans le dossier USA & Canada un article dédié à l’île de Porto Rico. Notre journaliste a réalisé ce reportage à l’occasion d’un circuit effectué en avril, alors que la situation y était encore idéale. Entre-temps, l’ouragan Maria a frappé de plein fouet la région en septembre et l’île a été balayée par des vents allant jusqu’à 250 kilomètres par heure. L’infrastructure y a été fortement endommagée et l’unincorporated territory des Etats-Unis est toujours sur la voie de la reconstruction. Selon plusieurs sources, les vacances sur l’île ne sont pas conseillées avant mai 2018…

Contexte

Il faut savoir que Porto Rico croulait déjà sous les dettes avant même le passage d’Irma et de Maria. Le pays est en récession depuis 2006 et, en mai de cette année, on parlait encore de 123 milliards de dollars de dettes et de pensions à régler. Etant donné que l’île n’est pas officiellement un Etat américain, elle ne peut pas se tourner vers le Congrès pour une aide financière. C’est par la voie juridique que l’île a déclaré une sorte de banqueroute afin de se protéger des exigences de ses créanciers. A cause de ces dettes, le gouvernement portoricain devait économiser énormément sur les pensions des fonctionnaires, les soins de santé publique et les projets d’infrastructure. Il est également question d’une fuite des cerveaux portoricains vers le continent américain – les Portoricains possèdent d’ailleurs un passeport américain. Et puis, deux ouragans sont passés par là…

Réseau électrique perturbé

Ce récapitulatif aide à comprendre pourquoi la reconstruction du réseau électrique est si lente. Selon le directeur de l’organisme d’Etat Puerto Rico Electric Power Authority (qui a elle-même neuf milliards de dollars de dettes), il n’y avait que deux entreprises en mesure de proposer directement leurs services afin de remettre le réseau électrique en état. La première demandait un acompte de 25 millions de dollars, l’autre non. C’est ainsi que la Whitefish Energy Holdings, une petite entreprise de Whitefish, basée au Montana, a décroché le contrat de 300 millions de dollars pour le rétablissement du courant sur l’île. Ce qui intrigue, c’est que l’entreprise n’existe que depuis deux ans et qu’elle n’employait que deux ouvriers à plein temps lorsque Maria a touché l’île, mais aussi qu’ils pratiquent des tarifs à l’heure exorbitants pour les contrôleurs et les contremaîtres. Sans parler du fait que Whitefish est le lieu de naissance du ministre des Affaires étrangères Ryan Zinke (qui a des liens avec le ceo de l’entreprise). Un donateur de la campagne présidentielle de Donald Trump et Rick Perry (ministre de l’Energie) a également créé la société d’investissement qui soutient financièrement Whitefish. Par ce ‘shady deal’ les réparations du réseau électrique ont encore une fois été reportées de 10 à 12 semaines. L’accord est actuellement analysé par le FBI. Ce n’est d’ailleurs pas la seule histoire où des contrats sont accordés à de jeunes entreprises par des membres du gouvernement…

Deux mois après le passage de l’ouragan, la moitié de l’île est toujours sans électricité et plus de 20 des 78 communautés ne sont toujours pas reliées au réseau électrique. Des coupures de courant intempestives touchent l’île. Le Génie de l’armée américaine a décidé d’assurer la réfection du réseau après les 30 jours de délai d’annulation de la Whitefish Energy Co., en collaboration avec quelques entreprises privées comme Con Edison de New York, et ils prévoient de rétablir le réseau à 75% d’ici janvier. L’eau potable est déjà accessible à presque tout le monde sur l’île. (Source: StatusPR)

Infrastructure et hôtels

L’office du Tourisme de Porto Rico a posté un aperçu pratique sur son site Internet reprenant le statut actuel des différents fournisseurs du secteur voyagiste.

Ainsi, l’aéroport international du pays, près de San Juan, Luis Muñoz Marín International Airport (SJU) est à nouveau complètement opérationnel pour accueillir les vols réguliers internationaux et intérieurs. Les plus petits aéroports sont également ouverts, mais n’offrent parfois qu’un service réduit. Vous retrouverez également sur ce site une liste de plus de 100 hôtels ayant déjà rouvert (environ 70% de l’offre totale) ou dont la réouverture est prévue. Pour de nombreux passagers de croisières, il ne devrait y avoir aucun problème pour accoster au port de San Juan et visiter la ville. Ce sont principalement les armateurs américains qui reviennent vers la capitale: Royal Caribbean, Windstar Cruises, Viking Cruises, Carnival et Crystal Cruises en sont quelques exemples. Les plus gros dégâts sont déjà oubliés et les sites historiques rouvriront le 2 décembre, tandis que les musées, bars et restaurants sortent doucement la tête de l’eau. Les feux rouges recommencent à fonctionner et 720 carrefours se verront équipés de nouveaux feux.

Par le biais de cet update, nous espérons vous avoir aidé à mieux informer vos clients. Pour en apprendre plus sur la destination Porto Rico à proprement parler, n’hésitez pas à jeter un œil au TM 405!

Comments