Destinations

L’Ouzbékistan – au cœur de la route de la soie

Les coupoles en mosaïque brillent au soleil.

Grâce à sa nature splendide et ses vieilles cités intrigantes, l’Ouzbékistan gagne en popularité ces dernières années en tant que destination touristique. Il est grand temps de mettre en avant ce captivant pays d’Asie centrale!

Des immenses réserves naturelles aux villes authentiques inscrites au Patrimoine mondial de l’UNESCO, l’Ouzbékistan est un pays de contrastes, et c’est peu dire! On le remarque également à la population, un peuple accueillant de confession musulmane, mais qui s’habille de vêtements traditionnels russes, très colorés.

Une caverne d’Ali Baba

Par le passé, l’Ouzbékistan se trouvait au cœur de la route de la soie, entre la Méditerranée et la Chine. Les villes de Samarcande, Khiva et Boukhara se situaient le long de la route et se sont progressivement développées de simples villes de caravanes pour devenir de véritables cavernes aux trésors du monde civilisé. De puissants empires y ont laissé un héritage culturel important. Alexandre le Grand lui-même est passé par l’Ouzbékistan. Au VIIIe siècle, le pays prospérait en tant que centre de l’empire samanide, avec Boukhara pour capitale. Il n’est donc pas étonnant de constater que l’Ouzbékistan est une destination aux multiples facettes, à la culture grandiose et dont la population est on ne peut plus chaleureuse et ouverte.

Samarcande, une caverne d’Ali Baba sur la route de la soie.

Samarcande, un plongeon dans l’histoire

Samarcande est une belle ville, moderne, aux larges allées et parcs d’inspiration russe. Un peu plus loin, en bordure de la ville, on s’immerge au contraire dans le passé glorieux de la cité. Les monuments tels que le Réghistan, Shah-i-Zinda, le mausolée Gour Emir et la Mosquée Bibi-Khanym ressuscitent la route de la soie. La ville n’est donc pas inscrite pour rien au Patrimoine mondial de l’UNESCO. La splendide place du Réghistan forme le cœur historique de Samarcande. La place est entourée sur trois côtés par des bâtiments religieux: les madrasas. C’est ici que les jeunes apprenaient autrefois les versets du Coran, mais ils y apprenaient également à lire, écrire et compter. Aujourd’hui, la place sert souvent de scène pour des festivals de musique ou fêtes populaires. Shah-i-Zinda et Gour Emir font tous deux partie des mausolées les plus célèbres d’Asie centrale. Gour Emir a même servi de modèle au Taj Mahal! Tous deux sont des édifices architectoniques décorés de mosaïques bleues et d’or au plafond. Samarcande abrite aussi la mosquée Bibi-Khanym, une des plus anciennes au monde. Elle a été construite par le tyran Tamerlan et représentait le joyau de son royaume.

Tachkent

Bien que la capitale ouzbèke n’ait pas l’air très avenante au premier regard, elle a étonnamment énormément à offrir! Pensez aux vestiges du régime soviétique, le nouveau quartier et, bien entendu, le vieux centre-ville, où les habitants ont encore un mode de vie traditionnel. Tachkent était autrefois un relais important sur la route de la soie entre l’Europe et l’Asie. Malheureusement, de nombreux bâtiments historiques ont été détruits lors de la révolution socialiste de 1917 et pendant le grand tremblement de terre de 1966. Aujourd’hui, elle est surtout perçue comme une ville agréable, aux allées bordées d’arbres, aux innombrables fontaines et aux nombreux parcs. Au cœur de la vieille ville, on trouve le bazar de Chorsu. C’est là que locaux et visiteurs se mêlent pour chiner parmi les énormes sacs d’épices et de noix, acheter du pain et des fruits frais ou emporter un kurchapa (un coussin coloré) ou un chapan (manteau traditionnel en coton) en souvenir. Un peu à l’écart du centre-ville, on trouve la place Khast Imam. On peut y voir la Mosquée Hazrat-i Imam, la Madrassa Barak Khan et le mausolée d’Abu Bakr Kaffal Shashi. Bien que construite de manière traditionnelle, la mosquée Hazrat-i Imam n’est pas ancienne: elle a été construite en 2007 à la demande de l’ancien président, Islam Karimov. Les deux coupoles bleu azur dominent le paysage, comme les deux minarets qui flanquent le bâtiment. A quelques pas de là, on peut admirer le plus ancien Coran au monde. Celui-ci est exposé au Moyie Mubarek Library Museum, à côté d’autres manuscrits rares. Pour encore mettre la main sur quelques souvenirs, il faut passer par la madrassa Barak Khan de l’autre côté de la place. Cette ancienne école religieuse abrite maintenant quelques magasins, où les locaux proposent des souvenirs faits main. Un autre joyau de l’architecture islamique est la ‘mosquée blanche’. Le splendide marbre blanc entoure une salle merveilleusement décorée où les locaux prient quotidiennement. Le contraste est fort avec la tour de radiotélévision hyper moderne, visible depuis n’importe quel endroit de la ville. Tachkent est donc un mélange particulier d’ancien et de nouveau formant un superbe ensemble, aussi étonnant que cela puisse paraître.

Sur la place Khast Imam, les œuvres d’art antique côtoient les souvenirs.

Comments