Destinations, Events

L’Equateur mise sur le tourisme

Vidéo-conférence avec les représentants du ministère du Tourisme restés à Quito. © B.Demol

C’est vraiment un événement. La première sortie officielle du nouvel ambassadeur de l’Equateur en Belgique, arrivé il y a quelques semaines après une vacance du poste de cinq années, a été consacrée à rencontrer quelques acteurs de notre secteur touristique. Quelques T.O. spécialisés et quelques agents intéressés (Sudamerica Tours, TRAVEX, Eagle Travel…) ont été accueillis par Son Excellence Pablo Ortiz Garcia en toute simplicité et avec beaucoup de convivialité, à l’image d’un pays qui a beaucoup à offrir, mais n’a pas beaucoup les moyens de le faire savoir. Jus de fruits frais et collations locales pour l’accueil et vidéo-conférence en direct de Quito pour la présentation. Les deux représentants du ministère du Tourisme restés au pays, panama vissé sur la tête, l’un en anglais, l’autre en français, se sont montrés plus efficaces que de nombreuses présentations barnumesques proposées par certaines destinations au budget tourisme plus imposant. Ils ont raconté leur pays, celui des quatre mondes, un pied au Nord et l’autre au Sud. Ils nous ont emmenés au cœur des volcans de la sierra, en train ou en rando, déposés sur les plages et dans les plantations de cacao de la côte pacifique, guidés dans la forêt amazonienne et transportés jusqu’au sanctuaire des Galapagos. A peine quelques photos des villes de Quito, Guayaquil et Cuenca et d’une nature et une culture officiellement protégées par la volonté d’un tourisme durable et communautaire. Les images traversaient les paroles enthousiastes et expertes des intervenants qui ont su susciter l’intérêt à coups de promesses d’une vie pas chère, sans visa ni vaccin et de produits aimés des Belges. “Des fruits de mer, des ananas, des pommes de terre, du chocolat, des viandes, des fromages. On a tout, sauf peut-être du caviar.” Certains sont déjà convaincus, comme Arnaud Holsters, product manager chez Sudamerica Tours, qui confirme enregistrer de plus en plus de dossiers sur l’Equateur depuis plusieurs mois. Les autres vont assurément y réfléchir.

Son Excellence Pablo Ortiz Garcia, un nouvel ambassadeur qui veut booster le tourisme de l’Equateur. © B.Demol

Trois questions à l’ambassadeur

Le tourisme, une priorité?

Il s’agit du troisième secteur de notre activité économique, après les bananes et les crevettes. Nous recevons de nombreux prix pour la qualité de notre tourisme (25 récompenses aux World Travel Awards en 2018). Mais nous avons encore énormément à montrer au monde. Le président Moreno veut marquer le coup, développer le marketing autour de nos atouts, ces quatre mondes si différents sur un si petit territoire, la sécurité, la facilité et l’accueil.

Une priorité pour la Belgique?

Nous sommes passés de 5.000 à 6.000 voyageurs belges en un an, mais ce n’est pas du tout assez, ce n’est pas normal. La Belgique est un petit marché très important pour nous, nous devons pouvoir nous rapprocher davantage. Comme il n’y a pas d’ambassadeur belge en Equateur (ndlr. il représente depuis Lima), nous allons compenser cela en activant à nouveau le poste à Bruxelles. Vous êtes tout de même le cœur de l’Europe.

Concrètement, pour les acteurs du secteur?

Cette première rencontre sera suivie, petit à petit, de contacts plus directs avec les T.O. et les agences, de formations, de promotions. A l’inverse, je sais aussi comment attirer mes compatriotes en Belgique. Mon oncle y a été ambassadeur il y a quarante ans, j’y suis venu très jeune, puis plus tard comme touriste. Vous avez aussi des villes, des musées et des sites magnifiques. Je sais qu’on aime bien manger.

 

Pablo Ortiz García, dont le titre complet est Ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire auprès du Royaume de Belgique et Chef de mission de l’Equateur auprès de l’Union européenne, n’est pas un homme politique. C’est un avocat respecté à Quito qui a choisi une nouvelle cause. Et il semble déjà engager cette nouvelle plaidoirie avec beaucoup de conviction. Il nous a donné rendez-vous dans trois mois en promettant de maitriser le français!

Comments