Analyses

Le Parau Parau Tahiti 2018 donne envie d’en voir davantage!

Les 13 et 14 juin se tenait au Tahiti Pearl Beach Resort à Papeete le premier Parau Parau Tahiti pour les tour-opérateurs européens. 27 tour-opérateurs de sept pays européens (Belgique, France, Italie, Allemagne, Grande-Bretagne, Suisse et Espagne) y ont rencontré 51 représentants de tous les secteurs touristiques de la Polynésie française. Avant ça, ils ont participé à un famtrip de dix jours leur donnant déjà une bonne idée des possibilités touristiques de cette destination paradisiaque.

Le monde entier rassemblé

Avec ce Parau Parau destiné aux Européens, Tahiti Tourisme clôt une trilogie de rencontres internationales. Fin mars, des tour-opérateurs du Pacifique et d’Amérique y avaient été invités, suivis fin mai par l’Asie. “Auparavant, nous travaillions séparément avec différents pays, ce qui nous compliquait l’implication de  tous nos acteurs”, explique Gina Bunton, directrice des opérations internationales de Tahiti Tourisme. “Au total, nous avons invité 110 T.O.: 40 d’Amérique, 19 d’Asie et 51 d’Europe. Les premières réactions sont très positives et leur analyse nous permettra de voir quelle direction prendre à l’avenir.”

Objectif 350.000 touristes

Le tourisme constitue la principale source de revenus de la Polynésie française. En 2017, 198.959 touristes s’y sont rendus, une hausse de plus de 4% par rapport à 2016. L’année 2018 est également prometteuse; l’objectif espéré s’élève à 220.000 visiteurs. La région émettrice la plus importante est l’Amérique, représentant 30% des entrées; l’Europe se situe également dans ces eaux-là, suivie par l’Australie et le Japon, avec 10% chacun. La Chine est quant à elle en pleine croissance. En Europe, les Français sont les mieux représentés, devant les Allemands, les Britanniques, les Italiens et les Espagnols. En 2023, Tahiti espère passer le cap des 350.000 touristes sur base annuelle, un plan ambitieux représentant une hausse d’environ 20.000 à 30.000 visiteurs par an

Nouveau terminal de croisières

Le gouvernement investit fortement dans les nouvelles infrastructures. “Les plans pour la construction de nouveaux hôtels sont légion, mais les pensions et hôtels existants doivent également passer par la case rénovation pour améliorer le confort de leurs chambres”, déclare Hironui Johnston, conseiller technique auprès du ministère du Tourisme. “Le touriste moderne cherche une expérience à part et de l’aventure. Sur différentes îles, des guides sont formés pour répondre à ces attentes. Le tourisme durable doit devenir la norme; de nombreux programmes visent à protéger la terre et la mer. Enfin, nous voulons faire de Tahiti plus qu’une île de passage en construisant un nouveau terminal de croisières et en développant un ‘village polynésien’ composé de cinq nouveaux hôtels et appartements qui doubleront en un clin d’œil l’offre de chambres dans l’archipel.”

Les pieds dans l’eau

La Polynésie française se compose de 118 îles, dont 67 sont habitées, et chaque île promet une expérience différente. Tahiti, Moorea et Bora Bora sont les plus connues et les plus développées d’un point de vue touristique, mais quiconque cherche authenticité et nature vierge a le choix entre des dizaines d’autres endroits. La Polynésie est une destination lointaine, comptez au moins 20 heures d’avion, mais Air Tahiti Nui assure une liaison idéale depuis Paris avec cinq à sept vols par semaine (en fonction de la saison) comprenant une escale à Los Angeles. Notre groupe a visité Moorea (un peu moins d’une demi-heure en ferry), Rangiroa (une petite heure d’avion) et Hiva Oa dans les Marquises (trois heures d’avion). Toutes ces îles proposent une offre très variée d’hôtels et de pensions, du cinq étoiles très luxueux à la simple petite pension familiale, mais toujours d’une qualité irréprochable. La plupart des hôtels et resorts proposent quatre types de chambres: chambre standard dans le bâtiment central, bungalows répartis dans la propriété, bungalows sur pilotis au-dessus de l’eau (souvent dotés d’un plancher de verre) et villas avec piscine privée et douche ou bain extérieur.

Footprints, seul participant belge

Footprints est le seul acteur belge a avoir répondu à l’invitation de Tahiti Tourisme. “C’était un must pour nous”, déclare Manuelle Serrien, brand manager ‘Sands’ de Footprints. “La Polynésie française est reprise dans notre offre de destinations plage exotiques depuis octobre 2016. C’est pourquoi nous proposions déjà des croisières dans la région, mais pas encore de vrais séjours sur place. La demande pour ces derniers n’a fait que croître, d’où notre décision de lancer cette destination. Ce famtrip fut l’opportunité d’affûter ma connaissance de la Polynésie française. En outre, le PPT m’a permis de nouer des contacts personnalisés avec des fournisseurs potentiels.” Dans l’offre Sands de Footprints, l’île Maurice arrive en tête, suivie par la Thaïlande, mais la Polynésie française est en bonne voie pour s’arroger la troisième place devant les Maldives et les Seychelles. “Je ne peux pas donner de chiffres précis, mais on peut globalement parler d’une croissance continue”, explique Manuelle. “Et je m’attends à ce que cette tendance ne s’essouffle pas tout de suite. Pendant ce voyage, j’ai été charmée par Hiva Oa (dans les Marquises), l’île où sont enterrés Jacques Brel et Paul Gauguin. Mais c’est surtout la nature et l’authenticité des locaux et de la culture qui m’ont séduite.” En matière d’hôtels, Footprints mise sur le haut de gamme. “J’ai été surprise de trouver ici des pensions de haute qualité et je n’exclus pas qu’elles puissent se retrouver dans notre offre”, conclut Manuelle.

Facts and figures

  • Le Parau Parau Tahiti était organisé par Tahiti Tourisme les 13 et 14 juin 2018. Il a été précédé d’un famtrip de dix jours en island hopping entre Tahiti, Rangiroa, Moorea et Hiva Oa.
  • A Tahiti, nous avons logé à l’Hôtel Le Méridien Tahiti (une nuit), à l’hôtel Tahiti Nui (une nuit), au Maitai Rangiroa (une nuit), au Kia Ora Resort & Spa (une nuit), à l’InterContinental Moorea Resort & Spa (une nuit), au Manava Beach Resort & Spa Moorea (une nuit) et au Manava Suite Resort Tahiti (une nuit). A Hiva Oa, le groupe s’est réparti dans trois pensions: Villa Enata, Relais Moehau et Joséphine (deux nuits). Le salon s’est tenu au Tahiti Pearl Beach Resort (deux nuits). Entre-temps, nous avons également été reçus pour des visites d’hôtels à la Pension de la Plage, la Villa Te Tavake, l’InterContinental Tahiti Resort & Spa et l’hôtel Royal Tahitien à Tahiti, au Coconut Lodge et Les Relais de Joséphine à Rangiroa, au Moorea Beach Lodge, à l’hôtel Hibiscus, à l’hôtel Les Tipaniers, au Sofitel Moorea Ia Ora Beach Resort et au Hilton Moorea Lagoon Resort & Spa à Moorea et enfin à la pension Temetiu Village à Hiva Oa.
  • Air Tahiti Nui nous a emmenés de Paris à Papeete moyennant une escale de 3h30 à Los Angeles. Au total, le temps de vol avoisine les 20 heures. Etant donné qu’il faut passer la douane à LAX, un formulaire ESTA est nécessaire pour le voyage.
  • Accompagnement: Odile Lichon, senior account manager de Tahiti Tourisme France, et Hinanui Foissac, sales representative d’Air Tahiti Nui.
  • Participants: Manuelle Serrien (Footprints), Animata Konté (Nomade Aventure), Marie-Albane Michelot (Maison de l’Océanie), Roman Dumont (Tiare Spirit), Béatrice Auffret (Etoile Voyages Océans) et Christelle Monti (JLT Voyages).

Rob Jans, senior reporter Travel Magazine

Comments