Destinations

La Sibérie sous le soleil de l’été

Qui dit Sibérie songe aux lacs gelés, aux Russes emmitouflés et aux températures si basses qu’un thermomètre ne peut les lire. Mais qui s’y rend durant la courte période estivale y trouvera des forêts verdoyantes, de longues journées ensoleillées et des plages de sable immaculé. Et il est possible d’y découvrir un des lacs les plus anciens, les plus profonds, mais les moins connus au monde.

La Sibérie sous le soleil de l’été

Texte et photos Gerrit Op de Beeck

 

Irkoutsk, une ville de la Fédération de Russie, capitale de la région homonyme, située sur les rives de l’Angara entre le barrage hydroélectrique d’Irkoutsk et le lac Baïkal, est également le chef-lieu de la Sibérie orientale. C’est le plus grand centre économique, culturel et nourricier de la région. On y trouve un important secteur industriel, englobant entre autres l’industrie de l’aluminium (alimentée par la bauxite de l’Oural), des usines chimiques, des constructeurs de machines (pour approvisionner les mines environnantes), de la transformation du bois ainsi qu’une industrie alimentaire. Des centrales hydroélectriques bordent le barrage et un pipeline en connexion avec les champs pétrolifères et gaziers de la Volga y a été aménagé. Irkoutsk est également un important carrefour en Sibérie orientale, avec une gare sur la ligne transsibérienne et un important aéroport, même si celui-ci ne semble accueillir sur son tarmac que des appareils à deux ponts. L’ancienne ville est relativement spacieuse et compte bon nombre d’édifices historiques, le plus souvent érigés en bois. Sur place, on trouve encore une université (1918) et différentes écoles supérieures, un institut polytechnique, le département sibérien de l’Académie Nationale des Sciences, différents musées et théâtres, un planétarium et la bibliothèque nationale.

… Irkoutsk, Le “Paris de la Siberie” …

Carrefour

Irkoutsk a été fondée en 1652 et est rapidement devenue le centre du commerce en Russie avec l’Empire chinois et la Mongolie. Depuis le XVIIIe siècle, elle était également le centre administratif des avoirs russes en Sibérie. Fin du XIXe siècle, c’est d’Irkoutsk qu’est partie la ruée vers l’or sibérienne. En raison de son allure historique, Irkoutsk est parfois surnommée le « Paris de la Sibérie », une exagération poétique.

Le “lac”

Ce qui rend Irkoutsk particulièrement intéressante n’est autre que le lac Baïkal, à 60 kilomètres de là, entouré sur la côte ouest par les monts Baïkal, au sud-ouest par les monts Primorski, au sud-est par les monts Khamar-Daban et à l’est par les monts Bargouzine. Sa longueur est de 640 kilomètres, et sa plus grande largeur flirte avec les 80 kilomètres. Avec une profondeur maximale de 1 642 mètres et une superficie de 31 500 km² (presque aussi grande que la Belgique), le lac Baïkal est le lac le plus profond au monde, ainsi que le principal réservoir d’eau douce de la planète. Depuis 1996, il figure sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. L’étymologie du nom Baïkal est incertaine. Il se peut qu’il y ait un lien avec le turc « bai kul », signifiant « lac riche », ou le yakoute « baigal », signifiant « lac » ou « mer ».

La Sibérie en vert et bleu

« Le lac Baïkal est le plus grand lac d’eau douce d’Eurasie », nous glisse notre guide Marina. « Chacun sait que le lac a une contenance en eau douce telle qu’il pourrait subvenir aux besoins de la population mondiale pour une période de cinq ans. Le lac contient 22 % des réserves d’eau douce de toutes les eaux de surface et est alimenté par plus de 300 rivières, dont la principale n’est autre que la Selenga au Sud. La seule évacuation est l’Angara, le long de laquelle le lac Baïkal coule vers la mer de glace septentrionale via l’Ienisseï. L’hiver, la température moyenne est de -19°C, tandis qu’elle est de 14°C en été. Bon à savoir… En hiver, le lac est totalement gelé en surface, avec une épaisseur de glace moyenne d’un mètre, pouvant même atteindre deux mètres par endroits. Il est donc possible de traverser le lac sur la glace, mais le risque d’hypothermie est alors élevé. Le vent balaye la masse de glace sans entraves et, comme la lumière solaire est reflétée par cette dernière, la sensation de froid est encore plus vive ». Mais la (courte) période estivale aussi est intéressante. Le lac possède une flore et une faune riches et abrite des espèces animales uniques. Pour contrer la surpêche, celle-ci a été réglementée et même stoppée de manière sporadique. Le 29 juillet 2008, une expédition russe a atteint le fond du lac Baïkal à bord d’un mini-sous-marin, à une profondeur de 1 592 mètres. La mission s’inscrivait dans le cadre d’une étude scientifique visant à mieux protéger le lac. Tous les résultats peuvent à présent être découverts au musée local.

Flamme olympique

La flamme olympique a été allumée le 29 septembre 2013 par le président du CIO Thomas Bach à Olympie et a parcouru 65 000 kilomètres en 123 jours à travers la Russie, visitant ainsi les 83 régions du pays. Le flambeau s’est envolé dans l’espace le 9 novembre, a visité le pôle Nord et a été acheminé vers les profondeurs du lac Baïkal. Des plongeurs se sont exercés pendant deux mois pour accomplir ceci en toute sécurité.

Région protégée

La région du lac Baïkal, classée au patrimoine mondial de l’UNESCO, compte deux parcs nationaux. Sur la côte ouest, entre Irkoutsk et Severobaïkalsk, s’étend la réserve naturelle protégée Baïkal-Lena. Au sud, juste en dessous d’Irkoutsk, le parc national du Pribaikalski déploie ses charmes. Sur les rives méridionales du lac Baïkal, nous trouvons également la réserve de la biosphère du Baïkal. Enfin, sur la côte est, entre Severobaïkalsk en Oulan-Oude, s’étendent également deux zones naturelles. Il s’agit de la réserve de la biosphère de Bargouzinski et du parc national Zabaïkalski. En 2017, le président russe Vladimir Poutine a passé quelques jours de vacances sur les rives du lac Baïkal. Il y alla pour pêcher, mais attira également l’attention sur la pollution grandissante du lac, une donnée fortement minimisée par la guide Marina.
Finalement, nous emboîtons le pas au président du National Trust of Scotland en nous adonnant à une de ses pratiques favorites: “Rest and be thankful.”

Robrecht Willaert & Gerrit Op de Beeck

En pratique :

Travel Magazine a voyagé à l’invitation du T.O. français Pouchkine Tours, partie intégrante de Salaün Holidays. Pouchkine Tours est représenté en Belgique par BT Tours. Irkoutsk est reliée quotidiennement à Moscou par Aeroflot. L’Hôtel International Sayen est une adresse à recommander.

 

 

 

 

 

Comments