Inflight Report

Inflight Report: TAP

Par Fernand Dacquin

Compagnie: TAP Air Portugal
Route: Bruxelles – Lisbonne – Belo Horizonte
Rio de Janeiro – Lisbonne – Bruxelles
Appareils: A320, A330, A340 et A320neo
Classe de voyage: Economy
Vol: mai 2019

Contexte

A340

Transportes Aéreos Portugueses (TAP), fondée début 1945, a lancé ses vols commerciaux fin 1946 entre Lisbonne et Madrid à bord d’un Douglas DC-3. Lorsque le dernier DC-3 a pris sa retraite en 1958, TAP comptait déjà plus d’un millier de collaborateurs. L’année qui a suivi, les premiers vols réguliers vers New York étaient lancés.

En 1975, TAP a été nationalisée avant de changer de nom quatre ans plus tard pour devenir TAP Air Portugal. En 2005, la flotte de la compagnie comptait 40 appareils et TAP a rejoint Star Alliance. 2015 fut une année importante pour TAP Portugal: Atlantic Gateway Consortium a alors pris une part de 61% dans la compagnie, mais le gouvernement portugais de gauche élu en 2016 a ensuite repris une part majoritaire dans la compagnie. Ces dernières années, TAP travaille intensivement à l’extension et au renouvellement de toute sa flotte, qui compte aujourd’hui plus de 80 appareils. D’ici la fin de l’année, 37 nouveaux appareils devraient venir s’y ajouter. Après son renouvellement, TAP envisage de posséder la flotte la plus récente et la plus durable d’Europe.

Enregistrement

S’enregistrer à quatre heures du matin n’aide pas votre sommeil, mais assure toutefois un calme certain en route vers le guichet, si ce n’est quelques voyageurs somnolents. Tout le contraire de l’employée au guichet pleine d’enthousiasme qui nous indique de bien conserver notre carte d’embarquement à Lisbonne, car celle-ci reste valable sur le vol de correspondance. Elle nous assure bien que nos bagages iront directement au Brésil et nous souhaite bon voyage. Si seulement ils pouvaient tous commencer de telle façon…

Embarquement

Nous sommes invités à bord à temps. Les passagers en economy sont séparés en deux groupes en fonction de leur siège. Toutefois, tous les passagers voyageant avec une valise doivent attendre. L’A320 se remplit sans encombre et nous partons à l’heure de Bruxelles. La même procédure est appliquée à Lisbonne, d’où nous partirons toutefois avec une demi-heure de retard.

Les vols

Business class à bord de l’A320neo.

Dès le moment où on s’installe, le dégagement aux jambes saute aux yeux, sur le vol Bruxelles-Lisbonne comme à bord de l’A330-200 entre Lisbonne et Belo Horizonte. Une paire d’écouteurs attend chaque passager, mais il apparaît que le magazine de bord manque dans beaucoup de sièges. Les exemplaires qui restent auraient bien besoin d’être remplacés (il est vrai que nous avons voyagé en fin de mois). Des vols aller, nous retiendrons surtout le service efficace et amical. L’entente entre les membres du personnel de bord assurait par ailleurs une bonne ambiance à bord. A bord du vol vers Lisbonne, nous avons reçu un bon sandwich garni et un morceau de pomme. A bord de l’A330, le catering a atteint le niveau qu’on attend à 10.000 pieds d’altitude. La vidéo de sécurité a plu également: dynamique et intéressante à la fois, mais pas de spoilers. Nous avions également accès au réseau Wifi OnAir. Il est donc possible de contrôler ses e-mails, contre paiement bien entendu (environ un dollar par MB). TAP Air Portugal a été une des premières compagnies à intégrer le Wifi à bord de certains de ses appareils.

Le vol retour du Brésil décollait le soir et, après un dîner classique, place au sommeil. A Lisbonne, le groupe a été surclassé en business, nous permettant ainsi de découvrir le tout nouvel A320neo. Tout ce qui a été écrit à propos de cet appareil récent se confirme: davantage de confort, moins de bruit, un intérieur réussi, des sièges compacts, mais confortables avec un système de tablette bien pensé. Les autres atouts de ce ‘neo’ sont difficile à contrôler par les passagers, mais ont toute leur importance: moins de consommation, moins d’émissions, davantage de charge utile, rayon d’action augmenté, etc. Le service à bord était bien contrôlable, lui, et nous n’avons pas été déçus: attentionné et distingué, sans oublier le petit déjeuner copieux et savoureux.

Bagages

A Belo Horizonte, les bagages sont arrivés rapidement sur le carrousel, contrairement à Bruxelles, où nous avons dû prendre notre mal en patience.

Notre avis

L’aller comme le retour auront demandé beaucoup de temps, mais l’espace et le confort à bord ont permis de rendre ce temps de parcours relativement agréable. L’attention accordée aux passagers est remarquable.

 

Comments