Inflight Report

Delta Air Lines: BRU-ATL-PDX & LAX-ATL-BRU

Compagnie: Delta Air Lines

Routes: Bruxelles – Atlanta – Portland & Los Angeles – Atlanta – Bruxelles

Appareils: Boeing 767-300ER, Boeing 737-900ER, Boeing 777-200LR

Classe de voyage: Delta Comfort+

Période: juin 2019.

Par: Yannick Melsen, staff reporter Travel Magazine


Contexte

Depuis Bruxelles, Delta opère des vols quotidiens pour Atlanta (ATL) et New York (JFK). Membre fondateur de SkyTeam, la compagnie travaille également en joint-venture avec Air France-KLM et Virgin Atlantic sur ses vols transatlantiques et propose une vaste offre de vols entre l’Europe et l’Amérique. Hartsfield-Jackson Atlanta International Airport sert depuis 1941 de hub principal à la compagnie, d’où elle dessert 210 destinations.

A LAX, Delta dispose de deux terminaux, même si elle investit actuellement 1,9 milliard de dollars dans un nouveau terminal. Il ne sera ainsi plus nécessaire de prendre une navette entre les terminaux 2 et 3 et le terminal B (vols internationaux).

Enregistrement

Il est relativement aisé d’utiliser l’application Delta, même en tant que client non régulier. Notre enregistrement se passe donc en toute facilité à Bruxelles et nous ne devons plus que déposer nos bagages. Si la file prioritaire n’est pas trop longue, nous essayons toujours d’y demander notre carte d’embarquement, une nouvelle fois avec succès. La petite interview de mise pour tout voyage aux Etats-Unis se déroule également sans accrocs.

Vous pouvez également imprimer votre carte d’embarquement via les comptoirs de self check-in. Les comptoirs de dépôt des bagages ne manquent pas. Malheureusement, notre valise est un peu trop lourde et nous devons transférer quelques brochures dans notre bagage à main. Cela fait longtemps que nous n’avons plus fait face à des mesures aussi strictes, mais c’est ça aussi l’Amérique…

Embarquement

Grâce à Ilse Janssens (regional sales manager chez Delta), nous pouvons embarquer plus tôt pour prendre quelques photos à l’intérieur de l’appareil. “Dommage que vous preniez des photos de ce Boeing 767 et pas de notre tout nouvel A350 équipé des nouveaux sièges et des Delta One Suites”, commente un des stewards. Qu’est-ce qui nous a marqué d’autre? Le commandant de bord écrit un mot de remerciement pour tous les voyageurs fidèles de Delta, et ce, dans toutes les classes! D’autre part, les passagers en Comfort+ peuvent embarquer avant le reste des passagers en economy.

Siège

Les dix centimètres supplémentaires des sièges Comfort+ ne paient pas de mine, mais se révèlent petit à petit indispensables sur les vols intercontinentaux. Vous recevez aussi un petit sac pour y mettre votre portefeuille, par exemple. Un port USB se situe juste sous l’écran et une prise entre les deux sièges devant vous. Grâce à la configuration en 2-3-2, vous êtes également assuré d’avoir suffisamment d’espace pour ranger votre bagage en cabine.

Pendant le vol domestique entre LAX et ATL, nous pouvons tester les nouveaux sièges Premium Select. Cette nouvelle classe premium economy, un poil meilleure que la Comfort+, est installée à bord des A350 et de certains B777. Notre B777-200LR revient d’un vol international depuis Sydney, et se présente donc comme une surprise. Ces sièges ‘fermés’ disposent d’un dégagement aux jambes encore plus grand, d’un soutien supplémentaire pour les pieds et de plateaux dans l’accoudoir. La position du siège est contrôlée depuis une console située au milieu et l’écran de 11 pouces est également un niveau au-dessus par rapport à la Comfort+. Dommage que nous ne continuons pas avec cet appareil pour notre vol transatlantique!

Service

Lors de notre petit tour de reconnaissance, nous sommes salués par tous les membres du personnel, même s’ils semblent un peu plus pressés une fois que nous avons décollé. En Comfort+, vous recevez une serviette chaude au décollage et un ‘amenity kit’ un peu plus fourni. Vous avez également le choix entre ‘eyes’ et ‘ears’ (un bandeau ou des bouchons) ainsi qu’une bouteille d’eau. Le menu et la carte des boissons sont les mêmes qu’en economy. Vous avez le choix entre trois repas avec une touche belge (des Spéculoos, devenus les biscuits officiels de Delta Biscoff). Sur le vol domestique, seuls quelques en-cas et boissons sont proposés, même si les vols pour la côte ouest durent bien 6-7 heures.

Le vol

Les quatre vols que nous prenons sont tous remplis. A l’aller, toutes les annonces sont faites en français et en anglais, et également en néerlandais au retour. Cela prend donc un certain temps. Ces annonces ne passent pas automatiquement dans les casques.

Grâce à l’application Delta et au Google Assistant, nous sommes mis au courant 24 heures avant notre départ d’un retard d’une demi-heure. A l’aéroport aussi, nous sommes bien informés des raisons de ce retard et de l’heure de départ prévue afin de garantir les correspondances. Après le malaise d’un passager, nous démarrons finalement avec plus d’une heure et demie de retard. Pendant le vol, nous sommes un peu moins souvent informés, mais nous pouvons suivre notre avancement grâce au tracker de notre système inflight. C’est un des vols les plus calmes que nous ayons jamais pris, lequel contraste fortement avec l’animation à Hartsfield-Jackson Atlanta International Airport, qui reste l’aéroport le plus animé au monde. Au moins, ça nous fait un peu de sport! 😅

Divertissement

Quelques films récents, des programmes télévisés et même quelques séries HBO. L’offre musicale est un peu moins large. Nous aimons toujours passer l’offre en revue avant le départ, mais ce n’est malheureusement pas possible chez toutes les compagnies – dont Delta. Il est cependant possible de retrouver un aperçu cette offre dans le magazine de bord ‘Sky Magazine’ (en anglais et espagnol, plus une édition en japonais).

Bagage et sécurité

C’est une bonne chose que le personnel à l’enregistrement à Bruxelles vous informe que votre bagage doit être récupéré à votre ‘port of entry’ et n’est pas envoyé automatiquement à votre destination finale. A Atlanta, vous passez d’abord par l’Immigration (les automates rendent désormais le processus plus rapide et il n’y a plus de document à remplir dans l’avion, même si vous devez toujours vous munir de l’ESTA), avant de récupérer votre bagage et de le redéposer au bon endroit pour votre correspondance. Enfin, vous passez par un deuxième contrôle de sécurité, qui prend un certain temps, car vous devez presque vous déshabiller entièrement…

Notre avis

Notre petit test de la Premium Select nous donne envie d’en voir plus. La classe Comfort+ offre davantage de dégagement aux jambes et davantage ‘d’amenities’ qu’en economy, mais ne se classe pas encore au niveau d’une ‘Premium Economy’ si nous devons la comparer à d’autres compagnies. C’est toutefois un bon produit qui vaut certainement le supplément sur un vol long-courrier, sans traitement préférentiel ou trop de fioritures. L’année prochaine, le B767 sera remplacé par un A330-200 sur la ligne JFK-BRU – avec la nouvelle cabine, espérons-le.

 

Comments