Destinations

CroisiEurope – Croisière au fil de la Loire

Une croisière fluviale: pas de journée sans escale, visiter des vieilles villes, se reposer, lire un peu, profiter de l’apéritif sur le pont, naviguer à un rythme lent. Parce qu’il est vrai que la Loire est un fleuve traître, en grande partie non navigable. C’est un slalom entre les bancs de sable et les bouées, parfois la nuit, à la lumière de puissants projecteurs. Dans certains endroits, le courant est plus fort que la puissance des moteurs. Le MS Loire Princesse, un bateau à aubes, est spécialement conçu pour ce fleuve et est le seul bateau capable de et autorisé à naviguer sur certains itinéraires.

En aval, en amont

Cela peut paraître étrange, mais la Loire a beau être le plus long fleuve de France, elle est pourtant à peine navigable. C’est un fleuve sauvage, c’est comme ça que les enfants français l’apprennent à l’école. Les rapides, les bancs de sable et l’évolution du niveau d’eau font que la Loire n’a rien à voir avec le majestueux Rhin. C’était un exploit audacieux de CroisiEurope de concevoir un bateau de croisière spécialement pour apprivoiser ce fleuve capricieux. Le MS Loire Princesse est amarré au pont Anne de Bretagne à Nantes, point de départ d’une croisière de sept jours qui nous emmène d’abord dans l’estuaire donnant sur l’océan, puis le long des plus beaux châteaux de France. Du pont, nous admirons le nouveau navire: 90 mètres de long, 15 mètres de large, seulement 48 cabines, toutes avec balcon, et un équipage de 35 personnes. Le fleuve étant si peu profond, l’armateur a opté pour un bateau à aubes, comme ceux que l’on trouve sur le Mississippi. De grosses roues à aubes battent régulièrement l’eau, faisant avancer le navire à une vitesse d’environ 8 km/h. Tout ce qu’il faut donc pour ralentir le rythme. A bord, dix nationalités se mélangent, les étrangers d’outre-mer sont jeunes, probablement attirés par le charme des vieux châteaux, les passagers français sont plus proches de la soixantaine.

Les chantiers navals de Saint-Nazaire

Presque tous les jours, vous pouvez choisir entre deux types d’excursions, dynamiques (avec une balade à vélo par exemple) ou simplement une visite d’un château ou une dégustation de vin. Nantes, ancienne capitale de la Bretagne, offre un quartier médiéval charmant, avec ses ruelles étroites et ses façades à colombages. Mais la ville a aussi beaucoup souffert des bombardements anglo-américains de la Seconde Guerre mondiale. La raison pour laquelle il y a eu tant de combats ici est évidente lorsque nous descendons le fleuve jusqu’à Saint-Nazaire le deuxième jour. La ville portuaire était en effet connue pour ses chantiers navals. Pendant la guerre, les nazis avaient construit le port comme base d’accueil pour leurs U-boot. Impossible de détruire ces hangars après la guerre, les toits en béton ont huit mètres d’épaisseur. Il y a dix ans, les Français ont transformé le complexe en musée contant l’histoire de l’apogée des paquebots, tels que le ‘France’ et le ‘Normandie’. Vous pourrez admirer les reconstitutions de leurs cabines luxueuses, des bars et des restaurants, y compris l’argenterie et la porcelaine authentiques. Grandeur et décadence, mais d’un point de vue historique, vous resterez encore un peu sur votre faim si vous comparez le musée à l’histoire du Red Star à Anvers. Dans l’après-midi, nous avons visité les chantiers navals modernes, Les Chantiers de L’Atlantique, qui assurent aujourd’hui la construction de grands navires de croisières.

Cours d’eau royal

Le lendemain, il aura fallu attendre que la marée revienne pour pénétrer à l’intérieur des terres en profitant du fort courant marin. Nous avons fait ce voyage pendant les chaudes journées d’été de juillet et la brise fraîche sur la Loire était bienvenue. En chemin, nous irons à Guérande, connue pour la fleur de sel, et à Nantes, où nous admirerons Les Machines, une reconstruction ludique des inventions utopiques de Jules Verne. Nous amarrons pour la nuit à Ancenis, où ne serons contraints de rester pour plus d’une nuitée. En raison de la sécheresse, le niveau de la Loire a tellement baissé qu’il n’était plus possible de naviguer jusqu’à Bouchemaine. Pas de tracas, toutes les autres excursions se feront en car, les distances n’étant pas extrêmes. Les jours suivants, c’était au tour des célèbres châteaux de la Loire. De nombreux Américains, Australiens et Scandinaves avaient réservé cette croisière pour cette unique raison. Brissac, Azay-le-Rideau, Villandry, les incontournables de la Loire, comme le disent si bien les Français.

Pionniers des croisières fluviales

Le MS Loire Princesse (5 ancres) est un bateau à aubes construit en 2016 comptant 48 cabines et pouvant accueillir 96 passagers. Les croisières sur la Loire se déroulent sur 6 ou 7 jours, avec un départ hebdomadaire de Nantes à partir du 3 avril 2020 et un dernier départ le 23 octobre 2020. Depuis la Belgique, CroisiEurope Belgique assure les transferts vers Nantes avec Brussels Airlines depuis Zaventem, ou en TGV avec un transfert à Paris.

Villandry

Comments