Analyses

Coupe du Monde de football en Russie: pas d’euphorie

Dans quelques semaines, la Russie sera La Mecque du football et le centre d’attention de tous les fans du ballon rond en Belgique. Des écrans géants et des villages entiers consacrés au football contrasteront nettement avec des rues et des restaurants dépeuplés. Le coup d’envoi sera donné par le pays hôte jeudi 14 juin, jour où le temps suspendra son vol. Qui pensait que les acteurs touristiques actifs sur le marché belge en tireraient profit a tout faux, car tous les partenaires contactés par nos soins ou presque ne sont guère partisans du ballon rond. Un aperçu (provisoire).

Piet Demeyere (TUI): ‘Ecran géant pour agents de voyages’

Vous ne verrez jamais Piet Demeyere shooter dans un ballon, et la Coupe du Monde le laisse plutôt de glace. «Ni le Brésil voici quatre ans ni la Russie cette année ne sont des destinations importantes pour TUI. Dans ces pays, nous n’avons qu’un seul programme qui reprend des circuits culturels, donc pas vraiment un champ d’intérêt à combiner avec la Coupe du Monde. La seule initiative qui m’a été reportée est qu’une soirée ‘insights’ sera organisée le lundi 18 juin dans le Limbourg, où nos collaborateurs mettront en lumière notre programme hiver dans une ambiance décontractée. A 17 h, les agents de voyages seront invités à suivre le match contre le Panama sur écran géant.»

Paul Loose (Asteria Expeditions): ‘Football et culture, un duo pas vraiment gagnant’

La Coupe du Monde 2018 n’est pas vraiment une bénédiction pour Asteria. C’est du moins l’avis de Paul Loose, Travel Director chez Asteria Expeditions. Paul Loose: “Généralement, nos clients veulent même éviter cette destination, et surtout pendant la période de la Coupe du Monde. La raison tombe sous le sens: la foule, les vols intérieurs et les hôtels bondés, entièrement axés sur les fans de football. Les tarifs hôteliers à Moscou et Saint-Saint-Pétersbourg explosent, atteignant parfois quatre fois le prix normal à cette période. Voilà pourquoi nous n’organisons nos voyages et nos croisières sur la Volga en Russie qu’après la Coupe du Monde. Une décision justifiée, car la demande et le taux d’occupation de nos voyages de groupe sont élevés cet automne 2018. Les réservations pour le voyage annuel à bord du M/S Volga Dream pour le 22 juillet 2019 vont déjà bon train, à l’instar de notre programme hiver en février.”

Jean-Luc Hans (BT Tours): ‘Pouchkine Tours marche bien’

Avec Pouchkine Tours, BT Tours dispose en interne d’un véritable spécialiste de la Russie. Ses principaux atouts sont les voyages culturels, un excellent rapport qualité/prix et des voyages en dehors de la saison estivale. Jean-Luc Hans: “La coupe du monde étant organisée durant la haute saison, aucun des avantages essentiels ne profite à BT Tours. Dans un premier temps, nous avons encore envoyé des promotions spéciales, mais celles-ci n’ont déclenché que peu de réactions. D’un autre côté, nous voyons nettement plus d’intérêt dans notre brochure spécialisée Pouchkine Tours qu’inversement. Tant nos circuits culturels que nos croisières fluviales St. Pétersbourg-Moscou (et inversement) peuvent compter sur un vif intérêt et, là, nous profitons des événements de la Coupe du Monde.”

Kurt Rossignol (Rantour): ‘Heureusement, il y a la publicité de notre car de joueurs’

© Rantour

Rantour transporte les Diables Rouges depuis un certain temps déjà à bord du car ‘Powered by Rantour’. Kurt Rossignol: “Ce car est uniquement utilisé pour les rencontres à domicile de nos Diables Rouges. Pour les matches à l’extérieur, nous acheminons les joueurs en car depuis et vers l’aéroport. Sur différentes chaînes de télévision et dans la presse écrite, cette carte de visite est une belle publicité, mais pour le reste, la Coupe du Monde de football en Russie n’offre aucune valeur ajoutée à Rantour. En Russie, tout est réglé par la FIFA et nous ne devons pas faire appel à notre car. Je pense que, tout compte fait, nous avons noté près de cinquante inscriptions pour un croisière fluviale Moscou et Saint-Pétersbourg.”

Paul Ryckaseys (Imagine): ‘L’agent de voyages demeure important, y compris pour la Coupe du Monde’

“Imagine ne cible pas spécifiquement le marché des événements sportifs ou autres. Nous laissons cela à des opérateurs ou à des agences spécialisés”, commente Paul Ryckaseys d’Imagine Travel. “Ce que nous faisons, c’est aider les voyageurs qui le souhaitent à trouver les logements requis et y ajoutons des forfaits d’excursions. Imagine ne va pas organiser d’actions spécifiquement axées sur la Coupe du Monde, mais le fait que des voyageurs se rendent dans des agences de voyages pour organiser leur périple en Russie et, qu’à leur tour, elles font appel à nous pour le logement, etc. dénote l’implication de l’agent de voyages comme acteur clé entre le T.O. et le voyageur/amateur de football. Chez Imagine, nous avons majoritairement des clients intéressés par les villes et qui y réservent une ou plusieurs excursions. La Russie, avec Moscou et Saint-Pétersbourg en tête, est depuis des années une valeur sûre chez Imagine. Une destination culturelle comme celle-ci n’est guère influencée par des événements majeurs comme le football.”

Wesley Swinnen (Travel2Sports): ‘La Russie n’est pas aussi exotique que le Brésil’

Des échos positifs nous parviennent du côté de Travel2Sports, axé comme son nom l’indique sur les voyages autour des événements sportifs. Wesley Swinnen: “Voici quatre ans, le Brésil était déjà une aubaine, car c’était la première Coupe du Monde de nos Diables Rouges depuis longtemps. Cela, en combinaison avec une destination exotique comme le Brésil, ne pouvait qu’être une réussite. Nous avons enregistré de nombreux beaux dossiers, allant de clients souhaitant assister à une seule rencontre à des clients voulant effectuer un circuit géant au Brésil, location d’un jet privé incluse. Quasi tous les dossiers ont été réservés par nos partenaires, les agents de voyages. Ils savent que Travel2Sports est le spécialiste par excellence sur le plan des voyages à destination d’événements sportifs. En ce qui concerne la Russie, notre charter de jour pour la rencontre Angleterre-Belgique (jeudi 28 juin) affiche pratiquement complet, et nous comptons également de nombreuses réservations pour Belgique-Tunisie à Moscou. Naturellement, le succès du Brésil ne sera pas réitéré, car il s’agit d’un troisième grand tournoi en peu de temps plus le fait qu’une destination comme la Russie n’est pas – doux euphémisme – aussi exotique que le Brésil. Somme toute, nous sommes ravis du résultat et tournons nos yeux vers Kaliningrad pour Angleterre-Belgique.”

Kim Daenen (Brussels Airlines): ‘Pont aérien de 4.500 fans’

© Brussels Airlines

Brussels Airlines veut être un ambassadeur pour notre pays et le fait sur différents plans (produits belges à bord, partenariats avec Tomorrowland, Tintin, Magritte, Les Schtroumpfs et donc aussi les Diables Rouges…). Kim Daenen, porte-parole de Brussels Airlines: “En 2014, nous n’avons fait qu’acheminer l’équipe au Brésil, mais au fil des ans, notre partenariat avec les Diables Rouges s’est étendu aux fan flights, permettant aux fans belges d’aller encourager leurs héros aux premières loges. De ce fait, nous nous positionnons comme la compagnie aérienne des Belges. En 2014, nous avions orné un A330 de stickers des Diables, mais depuis les championnats d’Europe, les Diables ont leur propre icône noir-jaune-rouge: Trident. Les Belgian Icons sont entre-temps connues bien au-delà de la Belgique et apportent une visibilité considérable à notre marque. A compter du 16 juin, 4.500 fans se rendront à la Coupe du Monde à bord de l’appareil des Diables, le Trident, avec un fan flight. A Moscou, ils seront 1.900, pour 1.600 à Kaliningrad et près de 1.000 à Sotchi. Les joueurs et le staff s’envoleront trois jours plus tôt à bord du Trident, le mercredi 13 juin. Les fan flights baigneront dans une véritable ambiance footballistique. A bord, les fans se verront offrir un cours de russe pour amateurs de football. Ils pourront ainsi apprendre quelques mots et phrases de base pouvant s’avérer pratiques dans et autour du stade. Les fan flights ont été vendus par le biais de deux canaux: B2C directement sur notre site web et B2B (partenaires des entreprises avec l’URBSFA), une partie des B2B nous parvenant via les agents de voyages. La répartition des ventes entre les deux est de 60% et 40%.”

Mario De Wilde, senior reporter Travel Magazine

Photo d’ouverture © Brussels Airlines

Comments