Newsflash

Christian Heinzmann nous a quittés

© Gerrit Op de Beeck

Il était un vrai touche-à-tout: only the good ones die too early.

Christian Heinzmann est décédé hier à l’âge de 65 ans après un combat difficile et malheureusement inégal contre une maladie incurable. Christian Heinzmann est né le 2 avril 1953 à Anvers. Après des études en marketing et communication et son diplôme en poche, il a commencé sa carrière chez Hertz, Holiday Inn et British Leyland. Son rêve d’enfant était de travailler dans l’aviation, ce qu’il fera le reste de sa vie auprès d’une bonne poignée de compagnies aériennes, où il a à chaque fois rempli un rôle primordial, voire de sauveteur à plus d’une occasion. Pour son dernier job dans l’aviation, Christian Heinzmann s’est installé le 19 novembre 2012 dans la capitale roumaine de Bucarest en tant que ceo de la compagnie nationale Tarom. Sa tâche consistait à moderniser et privatiser la compagnie, et surtout de la rendre rentable. “Le travail le plus difficile, mais également le plus enrichissant de toute ma carrière”, confiait-il à Travel Magazine dans le TM 332 du 10 mai 2013 (voir photo de Gerrit Op de Beeck).

Un fervent défenseur de l’aviation

Leo Hellemans (ex-KLM): “Quand j’ai appris le décès de Christian Heinzmann, j’ai dû m’asseoir un instant. Je n’ai jamais travaillé directement avec lui, mais en tant qu’expert de l’aviation, j’ai toujours suivi sa carrière de près. Je le connaissais bien mieux en tant que personne, vu qu’il faisait partie du club Manhattan, une association d’une dizaine de managers du monde du tourisme qui se réunissent tous les mois pour discuter de façon informelle et à cœur ouvert des problèmes du secteur. Christian était très apprécié parmi les membres, car il savait exceptionnellement bien raconter les choses. En tant que polyglotte, il parvenait à expliquer les situations les plus difficiles dans une langue très compréhensible. Ses blagues aussi, toujours bien placées et un poil cinglantes, mais jamais trop, faisaient l’unanimité. J’ai toujours pensé qu’il aurait dû être diplomate, un job où il aurait excellé. Il présentait toujours bien, était poli et avait une diction sans défaut, droit dans sa façon de penser et de faire sans jamais épargner une bonne dose d’humour.

Sur le plan professionnel, je connais peu de personnes qui peuvent se targuer d’un CV pareil. Il a commencé sa carrière en 1978 chez Hertz Rent a Car juste à la sortie de ses études à l’Ecole de Management du groupe EFAP à Paris, où il a obtenu un diplôme en Marketing et Communication. Il y est devenu sales & marketing director Belux et est resté à ce poste jusqu’en 1988. Ce fut son plus long contrat auprès d’une seule et même entreprise. De là, il est devenu un incorrigible ‘job hopper’, enchaînant les contrats de maximum trois à cinq ans auprès de différentes compagnies aériennes: Air Europe, Trans European Airways, Sobelair, Constellation International Airlines, VLM, Luxair, Albanian Airlines, Tarom et un peu de travail stratégique pour GMG Airlines à Dhaka (Bangladesh). Il a toujours obtenu un poste important de membre du Conseil d’administration de ces compagnies. La seule exception, un flop total, était sa nomination en 2002 au poste d’administrateur délégué à la SNCB. La ministre des Transports de l’époque, Isabelle Durant, lui avait demandé de succéder à Etienne Schouppe. Après une semaine de tensions, de bâtons dans les roues et même de menaces, Christian s’en est retourné et a remis sa démission.

Partout où Christian a travaillé, il devait redresser la barre. Cela réussissait parfois, mais pas toujours. Etre gestionnaire de crises est un métier lourd. Il rencontrait parfois trop d’opposition du gouvernement, ou la situation était déjà trop avancée pour être redressée. Mais Christian s’est impliqué énormément dans chaque job qu’il a effectué et il a défendu ces entreprises comme si c’était les siennes. C’est pourquoi je voudrais lui rendre honneur et qu’on se souvienne de lui comme un défenseur de l’aviation. Cette aviation qui lui tenait tant à cœur. Il voulait devenir pilote, mais un léger daltonisme l’a empêché de réaliser ce rêve.”

Toujours le sourire aux lèvres

Bart Brackx (ex-Jetair & directeur de TUI): “Tout ça remonte déjà à quelques années… Jetair n’avait pas encore déménagé au Jetcenter. Nous étions en 1995. Nous avons collaboré à l’occasion du partenariat entre Jetair et Sobelair et encore une fois pendant un bref moment au sein de l’équipe d’Annemie. Mais, en tant que ‘airliner’, l’appel du secteur aérien était trop grand, et Constellation s’est présenté comme son nouveau défi. Je me souviens de Christian comme d’un professionnel joyeux et amical, avec qui il était très agréable de travailler. Nous ne nous voyions peut-être plus beaucoup, mais l’ambiance était quand même toujours au rendez-vous. Je garderai ces souvenirs encore longtemps.”

Ronny De Clercq (ex LuxairTours): “Christian, Cela fait déjà un moment, depuis notre agréable collaboration chez Jetair. Je me souviendrai toujours de lui comme de quelqu’un d’optimiste et toujours prêt à aider et à trouver des solutions. Je te souhaite un repos serein et beaucoup de courage à ton épouse et à ta famille.”

Robrecht Willaert (Travel Magazine): “Christian était un conteur anversois inoubliable. De ses interventions historiques au sein de l’informel Manhattan club (et ses membres encore plus informels tels que Leo Hellemans (KLM), Bea Desmet (Sheraton), Sylvain Kempeneers (Commission européenne), George De Veirman (SN), Ronny Kuyl (Omnium Tours), Walter Baeke (Travel Express), Edgar Schneider (ancien Transair), Frans De Boeck (Boeykens Reizen, Dendermonde, et moi-même), en passant par notre légendaire wedding flight de VLM ex-ANR vers Jersey (et retour le 13 août 2000 où Antwerp Airport est resté exceptionnellement ouvert deux heures supplémentaires), jusquà notre dernière visite en compagnie de notre photographe Gerrit Op de Beeck à Bucarest chez Tarom (mai 2013), Christian parlait toujours et partout avec enthousiasme de ses expériences uniques que lui seul pouvait vivre. Son insatiable envie de vivre était aussi exemplaire que son “ars fabulatoria” pour raconter ses rencontres, les situations et les personnages à sa manière. Tu vas nous manquer.”

Christian Heinzmann était marié à l’américo-cubaine Anastasia et père de deux fils, Oliver et Christopher. Travel Magazine présente ses condoléances les plus sincères à sa famille et à ses amis.

Comments