Association professionnelle, Newsflash

BTO: qu’est-ce que le One Order de l’IATA?

La réponse la plus simple à cette question est: tout sur un document. Il s’agit du prochain élément dans la longue traînée de la New Distribution Capability (NDC). Un seul document signifie une gestion de la commande simplifiée et standardisée: une commande, un numéro de référence identique pour toutes les transactions. Ceci remplace entre autres le numéro de référence valide pour le moment, les EMD et les messages de remboursement. Cette façon de travailler est bénéfique à l’e-commerce et permet une simplification de la comptabilité. Finis les PNR avec billets et EMD dans les GDS. Les interactions entre les compagnies low cost, les trains et les bus seront également simplifiées.

Un seul document? La BTO explique: “Il s’agit dans tous les cas d’une refonte radicale de la façon dont les agences de voyages traitent les réservations et l’émission de billets. Est-ce que cela sera cher pour notre secteur? Est-ce que les profits contrebalanceront les coûts? Personne ne le sait.”

Nous traduisons le jargon de l’IATA en quelque chose d’à peu près lisible et intelligible. L’IATA veut remplacer les réservations, le ticketing, la livraison des titres de transport et la comptabilité y afférant, rigides et basés sur différents documents, en combinant le contenu dans un ‘order record’ flexible et unique. Selon l’IATA, les agences de voyages et les passagers ne devront plus se perdre entre plusieurs numéros de référence et documents différents. Un autre avantage, toujours selon l’IATA, c’est que le consommateur, les partenaires interline, la distribution de voyages, les gestionnaires et les équipes des aéroports recevront la bonne information en direct.

Cependant, la distribution des voyages, comme l’IATA en a la mauvaise habitude, n’a pas été consultée dans le développement du projet One Order. En tant que professionnel du voyage, attendez-vous à de nombreux problèmes qui auraient pu être évités si cela avait été le cas.

Avant que le One Order soit opérationnel, il reste encore quelques obstacles à franchir. Quelques-uns parmi d’autres. Le PNR va-t-il disparaître? Quid de la ‘reissue’? Sera-t-il possible de prendre des options (le client étant allergique aux augmentations de prix)? Qu’en sera-t-il de la gestion financière des remboursements?

La BTO: “La résolution One Order de l’IATA soulève de nombreux doutes quant à sa compatibilité avec la Data Protection Regulation (GDPR) européenne. A fortiori par rapport aux conditions et aux moyens mis en œuvre afin d’obtenir l’accord du consommateur pour le traitement des données. Sur ce point, la réglementation européenne est très stricte, et les nouvelles modalités ne sont absolument pas abordées dans le texte de la nouvelle résolution IATA, approuvé en octobre 2016.”

L’IATA devra rapidement trouver une solution lorsque les projets pilotes avec British Airways et Amadeus produiront des résultats concluants. La GDPR sera en effet appliquée dans tous les pays membres de l’Union européenne quelques mois plus tard.

Le plus important, avance la BTO, est qu’on parle ici du combat pour savoir qui détiendra le contrôle sur les données des voyageurs. Le One Order offre quelques outils aux compagnies aériennes pour leur permettre de contourner la distribution.

Affaire à suivre.

Comments