Analyses

BTL Lisbonne: taux de fréquentation record

Du 28 février au 4 mars a eu lieu, à Lisbonne, la BTL (Bolsa de Turismo de Lisboa), la grand-messe annuelle pour tous ceux concernés par le tourisme dans les pays lusophones et bien au-delà. Cette année, c’est le Maroc qui fut désigné comme pays hôte. Cette trentième édition de la foire touristique la plus importante du Portugal a attiré plus de 80.000 visiteurs. Comme le veut la tradition, les premiers jours ont été réservés aux professionnels. Ensuite, à partir du vendredi soir et pendant le week-end, la BLT a également ouvert ses portes au grand public.

Innovation

Les chiffres que la BTL peut présenter cette année sont impressionnants: 42 destinations internationales, 1.300 exposants (200 de plus que l’année dernière, une augmentation de 8%), 20 start-ups (nouveauté!), 400 acheteurs et un total de 1.500 professionnels. “Le tourisme est un moteur important de l’économie nationale”, a déclaré Fatima Vila Maior, directrice des Feiras de Lisboa. “Ici, les fournisseurs, les clients et le public peuvent se rencontrer dans une atmosphère informelle et interactive. Nous devons nous tenir prêts pour demain: l’innovation est plus que jamais une nécessité”. La BTL l’a clairement compris. Ainsi, pour la première fois, 20 start-ups ont eu l’opportunité de se présenter, un marché du travail a été organisé et le BTL-Lab a vu le jour, où dix entreprises ont présenté leurs développements technologiques récents.

Aventure et nature

Le Portugal était évidemment très présent avec différentes régions et destinations d’outre-mer comme Madère, les Açores, les îles du Cap-Vert, l’Angola et le Brésil. Parmi les destinations non-portugaises, on retrouvait principalement des pays hispanophones, mais aussi le reste du monde avec le Japon, l’Inde, l’Indonésie et l’Afrique du Sud en tête. La tendance générale est de mettre davantage l’accent sur l’expérience, l’aventure et la nature que sur le pur plaisir de la plage. Les destinations dans les régions du Douro, de l’Alentejo, des Açores et du centre du Portugal gagnent en popularité chaque année. L’offre hôtelière s’inscrit également dans cette tendance avec de nombreuses activités de bien-être et d’aventure (randonnée, sports nautiques ou alpinisme).

Une meilleure répartition

La situation politique instable dans un certain nombre de pays a également eu une influence positive sur le tourisme au Portugal. “Depuis 2011, nous enregistrons chaque année une croissance de 7 à 10%”, explique João Rodeia, responsable de Turismo de Portugal en Belgique et au Luxembourg. “Cependant, nous avons moins bénéficié de la situation que l’Espagne, par exemple. Je vois deux raisons à cela. Premièrement, nous ne sommes pas un pays all-in typique, et par conséquent, les clients ayant laissé de côté la Turquie ou les pays d’Afrique du Nord ne se sont pas tournés vers nous. Deuxièmement, nos hôtels dans les régions bien connues sont souvent complets pendant la saison estivale. La région de Lisbonne reste encore et toujours notre première destination avec 35% des touristes, suivie de l’Algarve avec 22%. Nous observons cependant un intérêt croissant pour les destinations du nord et du centre. C’est pourquoi nous souhaitons promouvoir un ‘autre type’ de vacances que la plage et la mer, comme des vacances à vélo, des randonnées pédestres, des expériences nature ou des défis sportifs. Ainsi, nous répartissons le public dans tout le pays et nous attirons également davantage de jeunes.”

Les Belges sont partout

L’année dernière, 258.000 Belges ont réservé des vacances au Portugal, représentant 881.000 nuitées. “Etonnamment, nous rencontrons des Belges dans toutes nos régions”, se réjouit João Rodeia. “Ils optent pour le nord comme pour le sud, pour la plage et la nature, pour Madère et les Açores. Globalement, les néerlandophones sont plus nombreux que les francophones à partir au Portugal, bien que la balance tende à s’équilibrer. Les trois destinations desservies par Ryanair depuis Charleroi y sont certainement pour quelque chose.”

TAP tient le coup

Dans le monde de l’aviation, où l’évolution est rapide, la compagnie nationale portugaise TAP se maintient. “Faire partie du groupe Star Alliance nous aide”, explique Etienhe Mota, key account executive de TAP Portugal chez AVIAREPS. “Mais nous essayons également de maintenir notre individualité en proposant un service personnalisé à un prix équitable. Notre meilleur atout est Lisbonne comme hub pour les vols vers le Brésil et le sud des Etats-Unis. TAP propose quatre vols par jour depuis Bruxelles vers Lisbonne pendant la saison estivale, et trois vols en hiver. La compagnie continue également d’investir dans de nouveaux appareils et vient de recevoir un certain nombre d’A319.”

L’avis des acheteurs belges

Les T.O. belges les plus importants sur le Portugal ont envoyé leurs représentants à la BTL. Quelques-uns d’entre eux nous ont confié leur opinion.

Carmen Van den Bossche, directrice générale chez Caractère: “Ce n’est peut-être pas le plus grand salon, mais il est très important pour nous. Je recherche principalement l’expérience et la culture, le Portugal est donc la destination parfaite. Il y a tellement de choses à y découvrir. Je pars à la découverte d’un ‘tour mégalithique’. Il est également vrai que l’aspect écologique prend de plus en plus d’importance: les gens cherchent le repos dans la nature, sans devoir sacrifier le luxe et le confort. J’ai pu dans tous les cas faire le plein d’idées qui constitueront une bonne base pour les années suivantes.”

Christine Feyaerts, directrice des ventes chez F4R Spaces, avait également avoir un agenda bien rempli. “Je représente principalement des hôtels et je cherche des opportunités pour des événements MICE. Actuellement, je me charge surtout de la Grèce et du Maroc, mais je souhaite étendre mes activités au Portugal. J’ai pu établir de nombreux contacts importants. Ces salons servent à préparer le terrain, le suivi concret doit venir plus tard.”

Dirk De Waegeneire, directeur général chez Adagio, est également un invité régulier à Lisbonne. “Nous sommes spécialisés dans les pays lusophones”, dit-il. “C’est donc l’évènement à ne pas manquer. Il est important que nous puissions établir des liens avec nos fournisseurs existants et acquérir de nouvelles idées. Si je dois réaliser tout ce que j’ai vu et noté, alors j’en ai pour quelques mois (rires). J’ai trouvé un certain nombre de possibilités pour les sports nautiques très intéressantes et nous ferons certainement quelque chose avec ça.”

Griet Esselens, directrice générale chez Motivart, a cherché et trouvé des idées pour des incentives. “J’ai trouvé ça très positif que les régions les moins connues du Portugal soient massivement présentes, comme l’Alentejo ou Aveiro, des régions qui sont également facilement accessibles en avion. Aveiro se présente comme le Venise du Portugal. Il serait peut-être bien de donner un peu de répit à la vraie ville de Venise et de découvrir de nouveaux horizons. Ce que mes clients veulent est une combinaison de repos, de culture, d’aventure et de gastronomie, et le Portugal a tout.”

Dans les faits

* La BLT s’est déroulée du 28 février au 4 mars à la Feira de Lisboa, où elle occupait 35.000 m², répartis sur quatre pavillons.
* Nous avons volé confortablement à bord du nouvel A319 de TAP.
* Nous avons dormi deux nuits dans l’hôtel quatre étoiles Turim Avenida Liberdade.

Rob Jans, senior reporter Travel Magazine

Comments