Analyses, Association professionnelle, Industrie voyagiste

BTA & UPAV: assemblées générales

Ce mardi 20 janvier se tenaient les assemblées générales de la Belgian Travel Academy et de l’Union professionnelle des agences de voyages au Club House du Château de l’Hermite, au Golf des 7 fontaines à Braine-l’Alleud. Comme chaque année, cet événement rassemble fournisseurs et agents de voyages autour des thèmes qui ont touché et toucheront l’actualité touristique en Belgique et en Europe, ainsi qu’autour d’un bon dîner plus que convivial (on ne va pas bouder notre plaisir)! Encore plus nombreux que l’année dernière, les professionnels présents n’ont pas manqué de réagir et de donner leur avis sur les chemins à suivre par la BTA ainsi que les futurs projets de l’UPAV. Petit tour d’horizon des informations à retenir de cette soirée.

Une grande première pour la BTA

Cette première assemblée générale de la Belgian Travel Academy représentait sa mise sur les rails définitive pour les agents de voyages. A cette occasion, Michel van Lieshout, qui n’a rencontré aucune opposition à sa désignation au poste de président, a rappelé que l’objectif principal de cette association était d’œuvrer conjointement pour la valorisation de notre secteur aux yeux des consommateurs.

Bien que l’origine de la BTA remonte déjà à 2016 et la décision du gouvernement wallon de supprimer la licence d’agence de voyages, son lancement officiel a seulement eu lieu au 1er janvier 2018. Son programme est donc encore construction, mais se veut également toujours évolutif. D’où la demande de la BTA envers le secteur (agents de voyages en particulier) de communiquer leurs souhaits et leurs besoins, car c’est le seul moyen de faire fonctionner cette collaboration et d’avancer vers un objectif commun: démontrer son importance et l’importance d’avoir recours à des professionnels qui se forment et s’informent continuellement des nouveautés et évolutions de leur métier.

En ce qui concerne cette année de ‘transition’ (la licence ayant été abrogée au 1er janvier en Wallonie, moment du lancement de la BTA), toutes les agences qui disposaient d’une licence au 31 décembre 2017 et se sont affiliées à la BTA (ndlr. les agences UPAV devenant automatiquement BTA) recevront le label CERTA pour 2018. En revanche, pour 2019, toutes les agences qui souhaitent se voir octroyer ce label devront collecter des points en participant à différentes formations, commerciales ou académiques. Un panel composé d’un membre de l’ABTO, un membre de l’UPAV et un membre du CGT et présidé par Michel van Lieshout déterminera l’octroi ou non du label.

Cette première assemblée générale fut également l’occasion pour la BTA de présenter sa nouvelle recrue (depuis le 19 janvier), Marianne Sersli. D’autre part, la BTA a pu tirer des conclusions de sa rencontre avec les GIE du 8 février dernier (lesquels représentent une grande partie des agences en Belgique) notamment en valorisant les rencontres annuelles des GIE à dix points de formation.

Pour les informations pratiques sur le CERTA et les conditions de son obtention, consultez notre article du 7 décembre dernier, faisant suite à la conférence de presse donnée en présence du ministre wallon du Tourisme: https://travel-magazine.be/la-belgian-travel-academy-est-sur-les-rails/?lang=fr

UPAV: en avant pour 2018!

Du côté de l’UPAV, on a commencé par tirer le bilan de l’année 2017. Inutile de cacher les améliorations qu’il reste à faire, mais on peut également se féliciter du chemin parcouru! Ainsi, l’UPAV est fière de parler de son nouveau site Internet, de son espace membre, de sa newsletter, sans oublier le plus gros chantier de l’année dernière: la mise sur pied de la BTA. Alors que l’UPAV peut se targuer de s’être rapprochée des autres associations professionnelles grâce à des rencontres (très) régulières, elle sait qu’il lui reste une marge d’amélioration dans le rapprochement de ses membres.

Du côté des bonnes nouvelles 2017, l’UPAV a tenu à épingler, entre autres, la collaboration qu’elle a eu avec le BTExpo pendant lequel elle a organisé deux formations, l’intérêt de TUI, désormais membre de la BTA et main sponsor du congrès 2017, l’arrivée de MisterFly parmi ses membres, la collaboration avec le GfG et les nouvelles adhésions à l’UPAV, dont celles de Footprints et de Wild Adventure (qui avait organisé les activités du congrès 2016 en Sicile). L’UPAV a clôturé l’année 2017 sur un total de 168 membres et 453 points de vente.

Au sujet de ses projets pour 2018, l’UPAV a commencé par mentionner des formations sur deux sujets brûlants: le GDPR (en mars/avril) et la nouvelle directive sur les voyages à forfait (en

avril/mai). L’association continuera également de jouer son rôle de défense de la profession à travers sa présence au sein de différentes organisations comme la Commission de Litiges Voyages, l’APJC, le GfG, la VVR, etc.

Lors de l’assemblée générale, l’UPAV a aussi annoncé les dates de son congrès 2018, qui se déroulera du 28 septembre au 1er octobre dans une destination encore mystérieuse, mais avec un objectif clair: attirer un maximum d’agents de voyages.

Avant l’élection des nouveaux administrateurs, Anne-Sophie Snyers a pris la parole pour renouveler son engagement en tant que secrétaire générale. Elle continuera de s’atteler à un certain nettoyage administratif, d’assurer une communication régulière de l’UPAV vers le secteur, action pour laquelle elle espère un maximum de retours qui l’aideront à orienter les initiatives de l’UPAV et promet la mise en place d’un processus ayant trait à la concurrence déloyale (d’autant plus important après la suppression de la licence en Wallonie).

Enfin, cette assemblée générale s’est clôturée par le moment tant attendu qu’est l’élection de nouveaux administrateurs. L’UPAV disait avoir besoin de sang neuf pour la garantir sa continuité, des administrateurs qui participent activement à la vie de la profession à plus grande échelle. 2018 est l’année de l’implémentation de la nouvelle loi sur les voyages à forfait (anciennement nommée loi 1994), du GDPR (gestion des données clients), de la vente des assurances par les agents de voyages, de la directive sur les transactions par cartes de crédit et bien d’autres sujets. Aucune association professionnelle ne dispose de trop de membres pour analyser ces sujets et leurs conséquences pour notre secteur. En 2018, six personnes ont présenté leur candidature au poste d’administrateur de l’UPAV, pour six postes maximum à pourvoir.

Quatre administrateurs étaient sortants au terme de leurs trois ans de mandat et se sont représentés:

  • Benoît Dieu, actuellement président;
  • Hedy Hafsia, actuellement trésorier;
  • Véronique Léonard, administratrice;
  • Laurence Pauwels, administratrice.

Deux nouveaux se sont présentés:

  • Denis Pappi, business development manager de MisterFly, qui a une expérience de près de 20 ans le secteur de l’e-tourisme en Belgique.
  • Damien Maréchal, gérant de l’agence Perfect Travel Services, dans laquelle il a fait ses premiers pas en 1995.

Après dépouillement des votes, il s’est avéré que ces six personnes ont bel et bien été élues administrateurs de l’UPAV. Un conseil d’administration à venir devra déterminer quelles fonctions ils occuperont.

La suite en images? C’est ici.

Margaux Descamps, staff reporter Travel Magazine

 

Comments