Destinations, Voyage d'étude

BaliPro – Exploits sportifs sur l’île des Dieux

Des rizières verdoyantes accrochées à flanc de colline, des cortèges chatoyants de filles en fleurs portant des offrandes, des mains filiformes et allongées qui se contorsionnent dans tous les sens pendant les danses rituelles… Autant d’images que se fait chaque visiteur de Bali. Mais il y a bien plus… Pour comprendre ce pays, vous devez percer à jour l’âme des Balinais et vous calquer sur son rythme, sa religion (l’hindouisme) et ses riches traditions qui n’ont pas encore fait les frais des hordes de touristes. C’est ce qu’ont pu découvrir les treize agents de voyages qui ont entrepris un périple de découverte unique et sportif sur une des plus belles îles d’Indonésie, à l’invitation d’Imagine Travel, en collaboration avec Emirates et Travel Magazine.

Bali compte un peu plus de trois millions d’habitants. Le tourisme et l’agriculture sont les principales sources de revenus. Avec trois récoltes par an, le riz, principal produit agricole, ne fait jamais défaut. Dans une moindre mesure, on y produit également du café (comme le Kopi Luwak à l’arôme particulier) et du tabac. Toutefois, toutes ces activités sont battues à plates coutures par le tourisme. Le développement touristique connaît depuis des années une croissance à deux chiffres. L’an dernier, plus de cinq millions de touristes ont visité l’île. Ils provenaient pour la plupart d’Australie (à quelques heures d’avion seulement) et du Japon. Les Etats-Unis non plus ne sont pas en reste. Côté Europe, on note principalement des Anglais, des Allemands et des Russes. Les récents événements comme les tremblements de terre à Lombok et Sulawesi, ainsi que l’éruption antérieure du mont Agung, ont chamboulé l’ensemble des chiffres touristiques. Un mot d’ordre: l’expectative. Force est toutefois de signaler que c’est principalement le sud de l’île et le village d’artistes d’Ubud et ses rizières bien connues qui peuvent être des pôles d’attraction touristique, mais l’Est et principalement le Nord-Ouest sont épargnés de l’affluence touristique. Bali, comme on peut le constater, s’offre sans s’abandonner. L’île des Dieux semble être protégée par un bouclier magique non seulement contre les esprits maléfiques, mais aussi contre les pires fléaux des temps modernes.

Le volcan Batur

Des temples, des temples et encore des temples

Pour cette cinquième édition de l’entre-temps célèbre voyage Pro, nous sommes allés plus loin que jamais. Avec une brève escale à Dubaï, le trajet ne dure pas loin de 18 heures, et pourtant, on ne s’ennuie jamais grâce aux vols confortables dans le nouveau produit d’Emirates, aux écrans tactiles à la netteté incomparable et au système de divertissement ICE et ses quelque 3.500 chaînes. A l’arrivée dans l’aéroport moderne Ngurah Rai de Denpasar, construit en 2013, une délégation de l’aéroport attend les aspirants BaliPro dans une cérémonie musicale, avec les incontournables couronnes de fleurs de frangipanier. L’accueil chaleureux avec le sourire semble ici inné…

L’Indonésie se compose à 85% environ de musulmans, mais sur Bali, il en va tout autrement. Là, un pourcentage similaire de la population est hindou, même si dans cette structure complexe, l’hindouisme se fond principalement dans le bouddhisme, et dans d’anciennes croyances malaises comme la croyance en une nature animée et le culte des aïeuls. On parle ici de l’hindouisme populaire ou familial, l’Agama hindou-dharma. Cinq fois par jour, les Balinais offrent des plateaux de fleurs, des grains de riz, des fruits et des bâtonnets d’encens enveloppés dans une feuille de bananier à leurs aïeuls et à leurs dieux. Par ailleurs, chaque village dispose au moins de trois temples, couplés à la Trinité Brahma, Vishnu et Shiva. Selon certains, l’île compterait plus de 11.000 temples.

Capitale culturelle

Nous délaissons bien vite la capitale Denpasar, ses 800.000 habitants et sa circulation chaotique, où s’entremêlent les motocyclettes. A ce propos, on roule encore à gauche à Bali. L’île a été colonisée par les Pays-Bas, le Portugal, l’Espagne, le Japon et la Grande-Bretagne, mais lorsque les Néerlandais ont repris le régime en 1816 alors aux mains des Britanniques, ils n’ont pas pris la peine de modifier le sens de roulage. Sur la route menant au nord, on peint, travaille le bois, forge et tisse avec diligence, mais dans le centre culturel de l’île, à Ubud, les écoles de yoga, centres de massage, ateliers d’artistes et boutiques artisanales sont omniprésents. La ville est entourée de magnifiques rizières, de terrasses savamment aménagées partant à l’assaut des montagnes escarpées ou des éperons rocheux des volcans telles des marches géantes. Au terme d’une nuit de repos salutaire dans une des villas de l’immense domaine de The Payogan Villa Resort & Spa, les muscles des jambes et des bras ont été sollicités durant une chouette sortie à vélo à travers les rizières et les collines environnantes, mettant les mollets à rude épreuve. La même société outdoor, Sobek, nous a accompagnés durant le rafting du lendemain sur la rivière Ayung. Le souffle nous a parfois manqué, tant en raison de la descente des 360 marches menant à la rivière, la spectaculaire forêt tropicale et les magnifiques chutes d’eau, que de l’amusement qui nous a valu bien des éclats de rire! Le soir, nous avons visité le Radha Phala Resort & Spa et ses 24 chambres, offrant un luxe très abordable avec un prix de départ de 80 euros la nuit et une excellente gastronomie.

Le symbole qui ne nous quittait pas

Sur les différents canaux de Travel Magazine, le temple d’Ulun Danu, situé au bord du lac de Bratan, a été utilisé pour promouvoir le voyage d’étude. Il était donc logique que nous visitions ce magnifique temple, même s’il s’est avéré qu’il était plus petit en vrai que sur papier. Durant notre circuit, nous avons systématiquement été accueillis dans un nouvel hôtel ou un nouvel endroit par une bannière affichant la même photo. Cette bannière semblait toujours avoir une longueur d’avance sur nous. Ou était-ce nous qui la suivions? Quoi qu’il en soit, cela souligne l’organisation parfaite de GoBali, un des actuels projets de Frank Vandaele, le fondateur de Globevents avec des marques telles que Skikot et Xperience. “Après le rachat de plusieurs marques, l’envie m’a repris de faire à nouveau ce qui nous a amenés à l’origine dans le tourisme, comme le développement de nouvelles voies originales et un contact personnalisé marqué, tant avec nos partenaires à destination qu’avec les clients. Depuis deux ans, nous collaborons avec Imagine Travel pour tout le territoire indonésien.”

Véronique Rosenfeld, responsable sales, presse et communication d’Imagine Travel, ajoute: “En effet, Frank a immédiatement été de la partie avec le concept particulier de notre voyage et a réfléchi de manière proactive aux différentes possibilités sur les plus beaux endroits de l’île. Quelques activités relevant du défi comme le rafting et l’initiation à la plongée ont rendu ce voyage inoubliable. Durant ces six jours, nous nous sommes principalement concentrés sur les éléments actifs qu’on retrouve également dans notre brochure 4Kids. En raison du temps de trajet, nos clients optent le plus souvent pour 14 jours à Bali, souvent en combinaison avec Java, où ils visitent bien souvent la ville bouillonnante de Yogyakarta, le volcan Bromo et le complexe de temples bouddhistes de Borobudur. Une extension éventuelle vers Sulawesi est souvent au programme.”

Le temple d’Ulun Danu, situé au bord du lac de Bratan

Toujours à la fête

Au terme d’un trekking dans la jungle et d’une course en sampang sur le lac de Tamblingan, nous poursuivons notre route vers l’Est, vers la région des volcans et des lacs de cratère. Le volcan Batur se prête à merveille à des trekkings au point du jour, et sur les éperons rocheux au sud-ouest du mont Agung, montagne sacrée, se dresse le plus grand temple de Bali: Pura Besakih, construit au VIIIe siècle, également baptisé le temple mère. Le hasard a voulu qu’une cérémonie était en cours, préalablement à la crémation d’un défunt. Pourtant, il ne faut pas être particulièrement chanceux. Les Balinais ont mille et une occasions de faire la fête et y expriment leur croyance en l’hindouisme. Lorsque retentissent les gongs, xylophones, tambours, cymbales, cloches et flûtes en bambou, vous pouvez être certain qu’une procession religieuse, un spectacle de danse ou une cérémonie au temple commencera sous peu.

L’occasion par excellence pour de la plongée

L’USAT Liberty, un vraquier américain torpillé en 1942 par un sous-marin japonais, avait tellement pris l’eau qu’il ne pouvait plus atteindre le moindre port. Le capitaine n’a rien trouvé de mieux à faire que d’échouer le navire sur la côte, au nord-est de Bali. Ce bateau dépérissait jusqu’en 1963 sur la plage de Tulamben, mais après l’éruption du volcan Agung, l’épave s’enfonça dans la mer. Actuellement, elle repose à une profondeur de 8 à 30 mètres, à quelques pas seulement de la plage, et constitue un des spots de plongée les plus courus d’Indonésie. Les clients peuvent toujours réserver une excursion, mais n’est-il pas agréable de pouvoir partir à la découverte des fonds marins et des nombreux poissons à 8h, avant l’arrivée du grand public? Au Tauch Terminal Resort, vous payez une bouchée de pain pour un hôtel 3* de qualité, un briefing ou une initiation à la plongée, et tout votre matériel de plongée est préparé. Les faits d’armes de Wolf, le general manager, mais aussi biologiste marin et ancien formateur des hommes-grenouilles allemands et des troupes d’élite Kampfschwimmer, vous sont offerts en prime. Une chose est sûre: le monde subaquatique à Bali est aussi haut en couleur et diversifié qu’il ne l’est en surface.

We like likes

Un des incontournables du voyage Pro est l’élément concours. Les agents de voyages ayant obtenu le plus grand nombre de likes avec leurs albums sur Facebook avant le départ ont pu profiter à l’aller du luxe et du confort de la classe affaires. Une fois à Bali, le compteur a été remis à zéro et chacun a de nouveau pu collecter les likes au travers de petits concours. La compétition variait du rafting à la rame, en passant par la danse, la marche (avec une bouteille d’eau sur la tête), les sports populaires, la recherche de grenouilles, jusqu’à la confection de paniers d’offrandes traditionnels. Autant d’épreuves amusantes menées à bien dans un esprit de compétition, et qui ont permis aux participants de collecter des points pour un retour en classe affaires.

Retour vers l’effervescence

Via le palais de l’eau de Tirtagangga et au terme d’un trekking à travers les rizières de l’est de Bali, il est temps de reprendre la direction de l’aéroport. La Villa Jerami, avec ses pièces de vie ouvertes et sa propre cuisine, située à un quart d’heure de marche de la plage de Seminyak, était le point de départ d’une exploration de la vie nocturne et pour s’accorder un moment de détente le dernier jour, faire du shopping, surfer et profiter du coucher de soleil. Lors du contrôle de l’itinéraire parcouru, un profil en forme de cœur est apparu clairement. Qu’on se le dise: We loved Bali!

Qui, quoi, où?

  • Le voyage d’étude BaliPro était organisé du 16 au 23 octobre par Imagine Travel, en collaboration avec Emirates, GoBali et Travel Magazine.
  • Nous avons dormi au Payogan Resort & Spa à Ubud (deux nuits), au Tauch Terminal Resort Tulamben (deux nuits) et à la Jerami Villa à Seminyak (une nuit). Nous avons visité le Rhada Phala Resort & Spa à Ubud et l’Alila Manggis dans le village homonyme.
  • La meilleure saison pour s’y rendre va de mai à octobre. Comme sur chaque île tropicale, il peut toujours tomber une averse de temps à autre. Cela dit, c’est plus rafraîchissant que gênant. La saison des pluies s’étend de novembre à avril.
  • Participants : Bruna Ferrari (Ô Couleurs du Monde / Travel Expert Ransart), Mireille Goeury (Jetexpress Wemmel), Ines Panfini (HRG Select Travel, Esch-sur-Alzette), Lieven De Coninck (Letsbook.be / TCTS Dendermonde), Lies Heylbroeck (Coconut Travel, Gand & Anvers), Marina Heyvaert (TUI Ninove), Sarah Lammens (Omnia Travel Roeselare), Greetje Van Gils (Tramontana, Waregem), Jolijn Vanhoudt (BCD Travel Implant De Nul, Aalst), Kaat Versele (TCTS Gent), Dorien Vijnck (Herbots Reizen, Hasselt), Tamara Vlaeymans (Uniglobe Robins Travel Wilrijk) et Walter Willems (Selectair Reisburo Walter & Co, Londerzeel).
  • Véronique Rosenfeld et Evy Moens (Imagine Travel), Alexandre Clasens (Emirates), Yannick Melsen (Travel Magazine). Frank Vandaele et la guide Sri de GoBali ont veillé à une organisation locale parfaite.

Comments