Analyses, Economie digitale

Amadeus: ‘Transparence technologique avec la NDC’

Par Bart Matthijs, rédacteur en chef adjoint

L’industrie voyagiste évolue à un rythme effréné. Une évolution mue par les besoins changeants des voyageurs, des modèles d’entreprise disruptifs et un glissement des rapports entre les principaux protagonistes du secteur. Les nouvelles publications liées à la New Distribution Capability (NDC) de l’International Air Transport Association (IATA) et la stratégie de distribution changeante des compagnies aériennes ne vont pas sans soulever quelques interrogations. Pour Amadeus, qui intègre la NDC dans ses plateformes, il est grand temps, selon Ludo Verheggen (director global air content adoption strategy d’Amadeus), de faire toute la lumière sur les fondements de demain.

Qu’est-ce que la NDC?

Ludo Verheggen © Amadeus

La NDC est la nouvelle norme de distribution de l’IATA, l’association internationale de l’aviation, dans le canal de vente indirect des compagnies aériennes. Elle a fait surface pour la première fois en 2011. L’IATA décrit la NDC comme un programme soutenu par l’industrie voyagiste pour une nouvelle norme de transmission de données basées sur le XML. “La norme NDC améliore la communication entre les compagnies aériennes et les agents de voyages”, clame l’IATA. Jusqu’à fin 2017, la norme était principalement en période d’expérimentation, mais depuis 2018, différents éléments ont fait l’objet de certifications et le protocole est à présent mûr pour la phase suivante, décrite par Amadeus comme la ‘phase d’industrialisation’. L’IATA s’est fixé pour objectif de réaliser 20% de toutes les ventes indirectes via la NDC à l’horizon 2020. “A partir de 2022, l’innovation se poursuivra vraiment”, souligne Ludo Verheggen. “La NDC n’est pas la finalité, mais bien le point de départ d’un bouleversement dans la distribution indirecte des produits aériens.”

Que veulent les compagnies aériennes ?

Commençons ces explications par le point de vue des compagnies aériennes. Au travers de la NDC, celles-ci veulent arriver à une personnalisation poussée dans le canal de vente indirect (lisez: l’agent de voyages), et ce, au travers de contenu enrichi et d’une tarification dynamique. Les compagnies souhaitent ainsi mieux commercialiser les services complémentaires, aussi appelés ancillary services, comme les transferts depuis et vers l’aéroport, les forfaits Wifi et le catering à bord, la réservation de places et les bagages. En d’autres termes, les compagnies aériennes souhaitent adapter leur offre à ce que recherchent les voyageurs individuels et s’efforcent de proposer de nouveaux produits, de manière plus rapide et performante, aux bons clients. Actuellement, les compagnies aériennes estiment ne pas pouvoir personnaliser suffisamment leur offre au travers du canal indirect. La NDC doit permettre d’y remédier. Les compagnies aériennes jugent restrictives les 26 catégories de réservation actuellement disponibles pour les agents de voyages via les GDS. Les compagnies à bas coût sont moins confrontées à cette thématique, car leur distribution transite principalement par leurs propres canaux (sites web). Par le biais de la tarification dynamique dans le programme NDC, les ‘grandes’ compagnies aériennes traditionnelles sont mieux armées pour lutter contre les compagnies low cost. Tant Lufthansa que British Airways s’inscrivent en chefs de file dans cette dynamique.

Un prix différent pour chaque place?

Rendre davantage de tarifs disponibles dans une même catégorie de réservation, donc. “26 catégories de réservation ne suffiraient-elles pas?”, vous demandez-vous probablement. Sur la base de leurs systèmes avancés de revenue management, les compagnies aériennes peuvent en principe demander un prix différent pour chaque siège afin de maintenir le taux d’occupation à niveau, de rester compétitif et de conserver des marges optimales sur la base du yield management. “Amadeus va distribuer le contenu tel qu’il a été créé par la compagnie aérienne. Un des défis consiste à faire tourner le système à la même vitesse”, pointe Ludo Verheggen. Question critique: s’agit-il véritablement d’une innovation produit ou d’une simple différenciation des tarifs? “Le programme NDC-X d’Amadeus doit permettre à l’agent de voyages d’accéder à l’ensemble du contenu NDC au travers de l’Amadeus Travel Platform. Une fois cela réalisé, l’innovation doit également être boostée par les compagnies aériennes. Amadeus veille à l’indispensable transparence technologique devant permettre aux compagnies aériennes d’innover. L’Amadeus Travel Platform est un grand pas en avant vers l’intégration de nouvelles technologies offrant une plus grande flexibilité. Grâce à sa plateforme, Amadeus est en mesure de proposer chaque sorte de contenu (vols, trains, assurances, transferts, location de voiture…) de manière on ne peut plus simple. Ce contenu peut être proposé via n’importe quelle technologie. Cela peut se faire via la NDC, mais aussi d’autres API. Quoi qu’il en soit, l’ensemble du contenu et de la technologie est réuni sur une seule et même plateforme, disponible au travers de différents appareils”, poursuit Ludo Verheggen.

Mettre les choses en perspective

“L’objectif consiste à faire transiter 20% du volume de toute la distribution indirecte via la NDC d’ici deux ans, soit fin 2020. Cela signifie que 80% de ce volume passera encore par le canal GDS actuel. Le challenge final consiste à instaurer une intégration totale de bout en bout au sein des agences de voyages. Aujourd’hui, celles-ci sont totalement greffées sur le système PNR, qui rationalise également le système back-office (comme la facturation, par exemple). Tout ceci devrait alors faire place à un order ID auprès des compagnies aériennes.” Des étapes doivent encore et toujours être franchies en ce qui concerne le protocole NDC en tant que tel. Aujourd’hui, la NDC est encore la nouvelle norme ‘en devenir’. “Amadeus compte déployer la NDC au niveau mondial cette année. Toutefois, il existe encore un certain nombre d’exigences minimales à remplir. Les compagnies aériennes travaillent ainsi aujourd’hui avec différentes versions de la NDC. Amadeus peut sans problème travailler avec différentes versions, mais la 17.2 est la base absolue pour pouvoir garantir un service de qualité pour les agences de voyages”, conclut Ludo Verheggen.

Comments