Inflight Report

Air Transat: Bruxelles-Paris-Montréal (TGV-Air)

Compagnie: Air Transat
Route: Bruxelles-Paris-Montréal (formule TGV AIR)
Appareil: A330
Classe de voyage: Classe Club
Période: Mars 2019

Alain Voisot, senior reporter Travel Magazine
Lumière d’ambiance en Classe Economie.

Contexte

Air Transat, fondée en 1987 et élue meilleure compagnie ‘loisir’ au monde en 2018, est une compagnie privée basée à Montréal et opérant principalement vers les Caraïbes et le sud des Etats-Unis. La flotte d’Air Transat regroupe 34 appareils incluant des Airbus à fuselage large et des Boeing 737 qui seront très bientôt remplacés par des A321neo LR. Dès le 3 mai, un de ces appareils sera opérationnel au départ de Bruxelles. Pour l’heure, on y retrouve quatre A330-300, douze A330-200 et neuf A310-300. Air Transat propose des vols directs entre l’Europe et le Canada durant la saison estivale d’avril à octobre. Les lignes principales de cette offre saisonnière permettent de relier Amsterdam, Bruxelles et Bâle à Montréal, Toronto, Calgary et Vancouver. Au départ de Bruxelles, il y a trois vols par semaine en direct vers Montréal, ainsi que trois vols par semaine vers Toronto, un vol vers Québec, deux vers Calgary et deux vols par semaine vers Vancouver, tous via Montréal.

Accès Bruxelles-Paris-Montréal

Au départ de la gare du Midi, vos clients peuvent profiter de la formule bien connue ‘TGV AIR’. Une fois arrivés à CDG, entre la gare TGV et le Terminal 3, un parcours fastidieux, mal fléché, les emmène dans une aérogare de province, qui donne l’impression d’être du ‘provisoire pérennisé’. Ces installations sont indignes d’un aéroport international. La direction des aéroports de Paris ne semble pas avoir compris qu’il serait temps de revoir sa copie et/ou de donner à Air Transat un positionnement à la hauteur de ses prestations. Ce T3 est tout juste adapté pour y accueillir des low cost. Messieurs, au travail!

Enregistrement et contrôles de sécurité

Les lignes d’enregistrement sont servies par un personnel vraiment accueillant et efficace. En Classe Club, vos clients ont droit à deux bagages de 32 kilos, soit 64 kilos par passager en plus du bagage à main. Le passage aux douanes françaises est une honte qui confirme bien l’incompétence de l’encadrement du T3. Les contrôles de sécurité sont évidemment encombrés. Un seul guichet ouvert sur huit et une file d’attente qui vous donne envie de ‘râler à la française’. Les portiques automatiques fonctionnent. C’est le strict minimum. Décidément, CDG a vraiment de gros problèmes. On est presque au niveau d’Heathrow il y a 20 ans.

A Montréal, des dizaines de bornes sont disponibles pour identifier les passeports électroniques. Un document mystérieux est imprimé et doit être remis juste avant la sortie. Ici, les contrôles de sécurité sur les bagages et les passagers sont repensés pour permettre à quatre personnes de remplir en même temps les bacs destinés au scannage. Le personnel est multilingue, efficace et accueillant.

 

Siège en Classe club – 91 cm d’espace pour les jambes

Embarquement et débarquement

Comme dans un aéroport de province, on rejoint l’avion en autocar. A Montréal, en revanche, nous sommes sur des standards internationaux.

Siège

En classe Club, tout le monde a accès au couloir grâce à la configuration 2-2-2. En classe économique, on est sur une configuration 3-3-3.

Service

Le vol CDG-YUL (un peu moins de six heures) est un exemple de service personnalisé à la carte. Les clients de la classe Club peuvent réserver leur menu à l’avance. La qualité des repas est vraiment dans le haut de gamme. La convivialité québécoise est clairement un plus qui fait la différence avec le formalisme de la majorité des compagnies aériennes.

Le vol

Une couverture en ‘polar’ est offerte avec la trousse de toilette conventionnelle. Durant le vol, les programmes de divertissement sont d’excellente qualité.

Bagage

A Paris, le retour des bagages se fait dans des délais normaux, mais sans différence entre les bagages prioritaires et ceux de la classe économique comme c’est souvent le cas un peu partout. A Montréal, les bagages sont sur les tapis dans les vingt minutes. L’enregistrement se fait dans des conditions normales.

Notre avis

Air Transat reste bien dans son créneau de compagnie de loisir. Le concept TGV AIR, bien connu par l’ensemble de la distribution voyagiste belge, est ici mis en valeur. On peut imaginer que dans l’avenir le concept sera encore amélioré avec la mise en fourgon des bagages, et ce, pour éviter le surencombrement sur les plateformes.

Comments